Accords de libre-échange transatlantiques - Les syndicats expriment leurs craintes pour les droits des travailleurs

Le front commun syndical, CSC, FGTB et CGSLB, prend part mardi à la manifestation qui se tient rue de la Loi à Bruxelles contre les traités de libre-échange transatlantiques CETA (avec le Canada) et TTIP (avec les Etats-Unis). Il exprime ses craintes pour les droits des travailleurs, si ces traités sont conclus en l'état.

"Il est important de marquer notre présence ici", a indiqué Thierry Bodson, secrétaire général de l'Interrégionale wallonne de la FGTB. "Le combat a débuté il y a un peu plus de trois ans. Aujourd'hui, la mobilisation donne de l'espoir." M. Bodson a également souligné le "bon signal" lancé par le gouvernement wallon, qui s'oppose à ces deux traités. "Maintenant, des ministres français et allemands expriment aussi leurs doutes. On le voit."

Le secrétaire national de la CGSLB, Olivier Valentin, a exprimé ses craintes quant à un recul des droits sociaux si les traités étaient adoptés. "Le système proposé pourrait conduire à une mise sous pression des conventions collectives de travail", a-t-il averti. "Une multinationale pourrait en effet contester via les tribunaux d'arbitrages certains accords conclus par les partenaires sociaux."

Pour Marc Leemans, président de la CSC, "ce traité est inacceptable. On le voit, la société civile est inquiète et les syndicats soutiennent leur initiative. Les gens se posent beaucoup de questions sur l'organisation de la société qui est proposée par ces traités."

Le front commun syndical organise une manifestation nationale le jeudi 29 septembre contre les mesures du gouvernement fédéral.