CHARLEROI - Gosselies

Charleroi: jusqu'à 9 vols vers la Corse dès 2017

Charleroi: jusqu'à 9 vols vers la Corse dès 2017

Les dirigeants de BSCA et d’Air Corsica ont levé le voile, hier matin, sur la relation de travail qu’ils ont nouée. JPDK

L’aéroport carolo reliera la Corse, dès mars 2017. BSCA se réjouit de cet accord avec la compagnie régulière de l’île de beauté, Air Corsica.

C’est dans un contexte de double anniversaire que se met en place cette nouvelle relation de travail. «Une nouvelle compagnie qui s’installe dans notre aéroport, c’est toujours un moment important et c’est un beau cadeau pour nos 25 ans d’existence », souligne le président du Conseil d’administration de BSCA, Laurent Levêque. Tandis que le président du directoire d’Air Corsica, Philippe Dandrieux, épingle: «Notre compagnie a été créée il y a vingt-cinq ans par la volonté politique de la collectivité territoriale corse ».

Car au-delà des nouvelles liaisons proposées entre le Pays de Charleroi et l’île de beauté, c’est la nature même d’Air Corsica qui réjouit les dirigeants de BSCA: «Il s’agit de la première compagnie régulière que nous accueillons, remarque l’administrateur-général Jean-Jacques Cloquet. Nous cassons donc une bonne fois pour toutes notre image d’aéroport uniquement pour compagnies low-cost et tour-opérateurs ».

Les accords confirmés hier matin sont en fait le résultat de cinq ans de contacts et d’approches. Un lustre durant lequel Air Corsica avait déjà posé le pied dans le Royaume: «Dès la décision prise de nous développer en Europe, la Belgique s’est imposée comme l’une de nos deux principales priorités, reconnaît Philippe Dandrieux. Nous avons connu une première expérience à l’aéroport de Liège, avec des résultats peu probants, à peine 20 000 passagers, lors de la dernière année d’exploitation ».

Les objectifs avoués par la compagnie semi-publique corse sur Charleroi vont bien au-delà (lire ci-dessous). L’infrastructure de Brussels South et son rayonnement sont mis en avant par Philippe Dandrieux: «La volumétrie opérationnelle de l’aéroport de Charleroi et son potentiel sans cesse croissant en nombre de passagers correspondent à notre vision. Sans compter que BSCA draine des passagers de Wallonie, de Bruxelles, de Flandre, des Pays-Bas et, surtout, pour nous, du Nord de la France ».

La question mérite dès lors d’être posée: Air Corsica irait-elle jusqu’à envisager de baser un avion à Charleroi? «Notre modèle horaire est construit sur le fait que nos avions dorment en Corse. Mais, avec notre développement européen, si le besoin de baser des avions se présentait, nous le ferions. Et alors, pourquoi pas à Charleroi? », conclut le président du directoire d’Air Corsica.

 

 

Dès le 26 mars

 

Le directeur général d’Air Corsica, Hervé Pierret, lève le voile sur le calendrier à venir: «Notre premier vol au BSCA aura lieu le 26 mars 2017. Sur cette première année, nous assurerons des vols de fin mars à début novembre. En 2018, nous reprendrons en mars et nous continuerons nos liaisons jusqu’aux fêtes de fin d’année. Enfin, dès le mois de mars 2019, nous volerons tout au long de l’année ».

En nombre de sièges alloués, la progression envisagée par Air Corsica va comme suit: 58 000 places en 2017, 70 000 places en 2018 et 90 000 places par an, dès 2019. Des chiffres qui sont à la portée de la compagnie corse, qui affiche actuellement des statistiques à hauteur de 1 700 000 passagers et 200 000 tonnes de fret transportés par an. Air Corsica compte onze avions dans sa flotte: cinq Airbus A320 et six ATR-72, des avions à doubles turbopropulseurs, pour les distances plus courtes, notamment entre la Corse et le pourtour méditerranéen.

«À terme, nous proposerons, sur Charleroi, jusqu’à neuf vols par semaine, vers Ajaccio et Bastia; ce qui permettra autant les voyages d’affaires que le tourisme, pour des séjours courts comme de longues vacances », conclut le directeur général.

Les billets de vol sont annoncés à un prix abordable: prix d’appel à 39€ TTC pour un aller simple. «Et nos autres tarifs sont échelonnés sans écarts énormes, on ne devrait pas dépasser pas les 69€ par voyage », affirme le directeur commercial et marketing d’Air Corsica, Jean-Baptiste Martini. Ce dernier insiste: «Et puisque nous sommes une compagnie régulière et pas un opérateur low cost, nos prix n’incluent aucun supplément caché. Le bagage en soute, le choix du siège, les rafraîchissements et collations pendant le vol sont tous inclus gratuitement dans nos tarifs ».

Dans cette effusion de bonnes nouvelles, le président du CA de BSCA, Laurent Levêque, en a également profité pour rappeler que l’aéroport inaugurerait son nouveau terminal T2 en décembre prochain et qu’à la suite, c’est l’allongement de la piste d’atterrissage qui allait enfin être réalisé.