NAMUR

Concours en médecine : les « reçus-collés » de Namur peuvent s’inscrire en 2e

Concours en médecine : les « reçus-collés » de Namur peuvent s’inscrire en 2e

Illustration EdA

La Justice a donné raison aux étudiants en médecine «reçus-collés». Ces étudiants qui ont réussi leurs examens mais qui ne se sont pas classés en ordre utile lors du concours de fin de 1re année. Ils ont reçu le droit de passer en 2e année.

C’est le soulagement pour des centaines d’étudiants en médecine. La Justice namuroise a donné le droit à ces étudiants «reçus-collés» de s’inscrire en 2eBAC. Pour rappel, ces étudiants ont réussi leurs examens mais ils n’ont pas été classés en ordre utile lors du concours de fin de 1re année. Alors que la rentrée académique a débuté ce lundi, ils ne savaient pas s’ils pouvaient poursuivre leur formation après la suspension du concours de sélection par le Conseil d’été cet été.

Motif: le contingentement fédéral de médecins auquel il entend répondre est basé sur des données non-précises, estime le Conseil d’État, ravivant ainsi la polémique nord-sud sur les besoins médicaux en Belgique.

Vu l’absence de réponse du ministre de l’Enseignement Jean-Claude Marcourt, c’est devant les tribunaux civils que plusieurs d’entre eux réclamaient à présent le droit de s’inscrire en deuxième bachelier.

Saisi par une trentaine d’étudiants, le tribunal des référés s’est appuyé notamment sur cette suspension. Le tribunal de Namur estime que tout étudiant de 1er bachelier ayant réussi 45 des 60 crédits ne peut se voir refuser son inscription en 2e bachelier.

L’université de Namur se doit désormais de les inscrire dans les 48 heures sous peine d’une astreinte de 1.000 euros par jour de retard, selon le jugement rendu mardi après-midi.

Pas la garantie d’un numéro Inami

Cette décision judiciaire vaut non seulement pour la trentaine de plaignants, mais également pour tous les autres étudiants namurois reçus-collés qui n’auraient, eux, pas décidé de saisir la justice.

Le tribunal a rejeté les arguments de l’UNamur qui refusait d’inscrire ces étudiants au motif que le classement au concours n’avait été que suspendu, et non annulé par le Conseil d’État.

Certains plaignants attendaient également du tribunal qu’il leur accorde dès à présent le droit de jouir d’un numéro Inami à la fin de leur parcours universitaire. Cette requête a toutefois été jugée irrecevable par le tribunal des référés.

D’autres facultés concernées cette semaine

Si le ministre Marcourt semble s’être résigné à organiser un examen d’entrée en médecine, c’est au niveau du fédéral que les choses semblent bloquer à présent, et plus précisément sur le nombre de numéros Inami à réserver aux diplômés francophones pour les années à venir.

La décision judiciaire rendue mardi à Namur devrait être suivie ce mercredi normalement par une autre, mais à Nivelles cette fois.

Plusieurs étudiants reçus-collés de l’UCL et de Mons ont en effet intenté une action similaire pour obtenir eux aussi le droit de s’inscrire en 2e bachelier.