JUDICIAIRE

Assises de Liège : le père et le fils condamnés à 20 ans et 5 ans de prison

Assises de Liège : le père et le fils condamnés à 20 ans et 5 ans de prison

Sur la gauche, le père, Joginder Singh, et son fils Baljit Singh sur la droite. La personne au centre est un traducteur. BELGA NICOLAS LAMBERT

Onze ans après les faits (!), la cour d’assises de Liège a jugé un père et son fils pour l’enlèvement et l’assassinat du copain de leur fille/sœur.

Joginder Singh a été condamné mardi par la cour d’assises de Liège à une peine de 20 ans de réclusion pour avoir commis l’enlèvement et l’assassinat d’Harbhajan Singh, un jeune homme qui avait voulu épouser sa fille mais qui n’était pas de la même caste. Baljit Singh, le fils de Joginder Singh, a été condamné pour les mêmes faits à une peine de 5 ans de prison.

Joginder Singh (60 ans) et son fils Baljit Singh (34 ans) avaient été reconnus coupables lundi soir d’avoir enlevé puis assassiné Harbhajan Singh, un jeune homme qui souhaitait épouser la fille de Joginder Singh. Le jeune homme, qui avait disparu à Liège le 4 juillet 2005, avait été battu puis étranglé. Son cadavre avait été retrouvé trois jours plus tard à Andenne, dans une décharge illégale de déchets.

Ranjeet Kaur (22 ans), la fille de Joginder Singh, entretenait des relations cachées avec Harbhajan Singh depuis plusieurs années. Elle refusait le mariage arrangé que son père lui réservait avec un autre homme. Elle craignait d’être emmenée de force en Inde pour être mariée selon la coutume sikhe ou pour être éliminée. Après avoir fait une fugue, Ranjeet Kaur avait été placée dans un foyer provisoire puis dans un refuge pour femmes battues. Elle s’était ensuite installée en secret avec son compagnon. Mais celui-ci avait été enlevé et tué par le père et le frère de Ranjeet Kaur.

Le dossier aurait pu être examiné devant la cour d’assises dès 2008 mais le parquet général n’a jamais procédé à la fixation de l’affaire. Onze années se sont écoulées depuis les faits. Les deux accusés ont poursuivi leur vie avant d’être rattrapés par la fixation tardive de l’affaire devant la cour d’assises.

Ce délai raisonnable a été évoqué lors des débats sur les peines à infliger aux coupables. L’avocat général Pascale Schils avait stigmatisé les faits commis par Joginder et Baljit Singh ainsi que le mépris qu’ils avaient affiché pour la victime qui n’était pas de la même caste qu’eux. Les avocats de la défense, Me René Swennen et Me Julien Pierre, avaient sollicité des peines assorties d’un sursis.

Dans son arrêt, la cour a relevé que, sans le dépassement d’un délai raisonnable, Joginder Singh aurait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité tandis que Baljit Singh aurait été condamné à 15 ans de prison. Mais la cour a tenu compte du dépassement de ce délai raisonnable.

Joginder Singh a finalement été condamné à une peine de 20 ans de prison. Baljit Singh a, lui, été condamné à une peine de 5 ans de prison. Les deux accusés comparaissaient libres. A l’issue de l’arrêt de condamnation, la cour a prononcé l’arrestation immédiate de Joginder Singh.