SEMAINE DE LA MOBILITE

15% de cyclistes en plus à La Louvière en trois ans

15% de cyclistes en plus à La Louvière en trois ans

La Louvière, ville pilote du plan Wallonie Cyclable Ugo PETROPOULOS

En 2011, la ville de La Louvière a été sélectionnée pour faire partie du plan "Communes pilotes Wallonie cyclable". Ce programme s'achève cette année. Si en 5 ans, La Louvière ne s'est pas transformée en Amsterdam hennuyer, les résultats sont plutôt encourageants.

Tracer des pistes cyclables dans l'entité de La Louvière pour favoriser l'usage du vélo? Ca n'a pas toujours été une évidence. "Il a fallu parfois aller à contre-courant", se souviennent le bourgmestre et l'échevin de la mobilité de La Louvière. C'était en 2011, La Louvière était reprise dans les villes du plan "Communes pilotes Wallonie cyclable" de la région wallonne, un plan visant à concentrer différents moyens pour faire de quelques villes et communes des laboratoires et des vitrines du développement de l'usage du vélo en Wallonie. Le plan arrive à son terme cette année, quel bilan en tirer?

Du point de vue de la commune, il est positif. Au total, ce sont 2,5 millions d'euros qui ont été investis dans des infrastructures cyclables et dans des zones de stationnement pour vélo. Depuis 2011, 17 kilomètres de réseau cyclable ont été aménagés dans l'entité: autour du réseau Ravel, du côté de Jolimont, sur l'ancien site Duferco-NLMK ou encore rue du Marais, pas loin du site des anciens ascenceurs de Strépy. Au niveau du stationnement, les poteaux en "U" se sont multipliés et des boxes vélos sécurisés ont été installés près des gares louviéroises notamment.

Un Monsieur Vélo à temps plein

A côté des infrastructures, la cellule mobilité a entrepris un long travail de sensibilisation auprès de la population: une personne a été engagée pour s'occuper exclusivement de la mobilité cycliste. Frédéric Baland, aujourd'hui chef du service mobilité, s'est progressivement fait connaître comme le Monsieur Vélo de la ville de La Louvière. Il a vu le regard des gens évoluer: "Lors des premières actions de sensibilisation, on comptait les sympathisants du vélo sur les doigts d'une main. Puis on a essayé de maximiser la communication autour de nos actions, des avantages de la mobilité douce en ville..." Dans cette optique, une fête du vélo s'est déroulée en 2014, un gros travail a été mené dans les écoles, ainsi qu'auprès des adultes avec des formations pour apprendre à rouler à vélo en ville.

La Louvière a également lancé un service de location de vélo au mois ou à l'année. "Le principe est de permettre à des gens qui n'ont pas de vélo d'en tester un de bonne qualité, et si ça leur convient, ils peuvent en acheter un suivant leurs besoins" explique Frédéric Baland. L'initiative a rencontré son public et converti certains aux vertus de la petite reine: 45 contrats de location ont été établi depuis mars, et près de la moitié des locataires ne pratiquaient pas du tout le vélo avant. Vu le succès, la ville devrait débloquer un budget pour augmenter la flotte actuelle et à l'avenir envisagerait de proposer des vélos électriques.

Et après le plan vélo?

Désormais, quid de la suite? La Louvière va-t-elle poursuivre l'effort en 2017, sans pouvoir compter sur les fonds wallons? "On aura pas tous les 5 ans un budget de 2,5 millions d'euros", répond Frédéric Baland. Ce budget est parti à 80% dans la conception de nouvelles infrastuctures. Le réseau cyclable ne s'étendra plus dans les prochaines années, ou par petites touches. Par contre, "la sensibilisation continue. On est plus organisé aujourd'hui, on sait quelles manifestations fonctionnent et comment les organiser. On compte aussi sur les cyclistes louviérois pour être nos ambassadeurs".

Ils sont 15% de plus par rapport à 2013 d'après les derniers comptages. C'est donc loin d'être la bousculade sur les pistes cyclables, mais on vient de tellement loin que cela ne peut qu'être encourageant pour le M. Vélo de La Louvière, qui, s'il a désormais de nouvelle fonctions, continuera d'être attentif au développement des modes de déplacement doux à La Louvière. la ville qui a de nouveaux interlocuteurs en la matière: une locale du Gracq s'est créée en juin dernier et une maison du vélo va voir le jour en 2017. Signe que les investissements ont quand même trouvé un écho.