MONS

Le camping de Mons rouvrira-t-il un jour?

Fermé depuis 2013, le camping situé à côté du Waux Hall a brièvement rouvert ses portes en 2015. Depuis, plus rien, la faute à un cahier des charges inadapté. Celui-ci est en cours de réécriture et sera le plus large possible pour susciter des candidatures.

Le camping rouvrira-t-il un jour à Mons ? Pour le moment, on en est loin. Fermé depuis 2013 car plus aux normes, le site situé à côté du Parc du Waux Hall avait temporairement rouvert quatre mois en 2015, pour l'année de capitale européenne de la culture. Des préfabriqués avaient été installés provisoirement sur le terrain pour accueillir les sanitaires et la conciergerie. Le 30 septembre 2015, le camping a fermé. Depuis, rien ou presque n'a bougé pour une potentielle réouverture à long terme.

Car la ville de Mons ne veut pas s'occuper de la gestion du site et souhaite voir la concession exploitée par un investisseur privé. Mais rien n'avance. En cause ? Un cahier des charges beaucoup trop strict avait été établi en 2014, au point qu'aucun candidat n'a pu le remplir. Depuis, un travail de simplification et de réécriture a été entamé. Et cette fois, tout serait possible. « On va faire en sorte que le cahier des charges soit le plus léger et le plus ouvert possible pour qu'un maximum d'entrepreneurs fassent partie du marché », expliquait l'échevin à la régie foncière Marc Darville. En bref, on passe d'un extrême à l'autre en terme d'exigence.

Même le périmètre d'exploitation semble à la carte. Avec l'option d'intégrer dans le périmètre d'activité une partie du bâtiment du Waux-Hall « pour que le futur exploitant puisse gagner en rentabilité », poursuit Marc Darville. Mais le problème, c'est que la salle arrière du Waux Hall, celle qui serait comprise dans le périmètre d'exploitation du camping, n'est pas exploitable en l'état : elle est fermée depuis 2012, à cause de problèmes de stabilité. Dès lors les travaux nécessaires à la réouverture de la salle seront-ils à charge du candidat exploitant, s'interrogent notamment les élus MR de Mons ? Ce sera ouvert répond l'échevin. La rédaction de ce cahier des charges a été confiée à l'intercommunale IDEA qui doit revenir avec une proposition.

Un projet non retenu en 2014

Dès la fermeture du camping, un repreneur s'était manifesté pour recréer une activité sur ce site situé à cinq minutes à pied du centre-ville et dans un écrin de verdure le long du parc du Waux Hall, poumon vert de la ville de Mons. Julien Lefrancq, un entrepreneur d'origine montoise spécialisé dans la construction de bâtiment en matière végétale, avait porté un projet d'éco camping. Il prévoyait de construire des cabanes en matériaux végétaux, ainsi qu'une brasserie et une épicerie proposant des produits locaux. Mais le projet n'a pas été retenu, à cause du cahier des charges impossible à tenir : il prévoyait un nombre d'emplacements mobilhome excessif, des clauses trop contraignantes et de conditions financières inacceptables, juge Julien Lefrancq.

Deux ans après avoir vu son projet rejeté, serait-il prêt à réécrire un dossier de candidature ? « Je ne sais pas », répond-il. « J'ai beaucoup bossé sur ce projet avec un cahier des charges infernal. J'ai toujours l'idée et je la reproposerai peut-être, mais tout dépendra du nouveau cahier des charges ». Et des conditions financières : « il y a plein de choses à refaire, la voirie notamment... »

Pas question non plus d'y aller tout seul. Pour sa première tentative, Julien avait pu compter sur des soutiens importants, comme celui de l' architecte Luc Schuiten. Son ambition était aussi de porter un projet collectif: « pas question pour moi d'être juste un gestionnaire de camping ». Son idée était d'impliquer la ville, des citoyens motivés par le projet...au sein d'une société coopérative. « Je voulais vraiment essayer de faire vivre un partenariat exemplaire entre ville et citoyens engagés ». Ses idées trouveront-elles leur place dans le nouveau cadre en cours de rédaction?