BRUXELLES

Chantier du Stade national en février 2017? «Vous vous moquez de nous ?»

Chantier du Stade national en février 2017? «Vous vous moquez de nous ?»

L’opposition bruxelloise doute que le chantier du Stade National démarre en février. BELGA

Le chemin vicinal qui traverse l’emplacement du futur stade national à Grimbergen ne devrait pas entraîner de retard dans le chantier. Celui-ci doit toujours débuter en février 2017 selon Alain Courtois. Ce dont doute l’opposition bruxelloise.

En l’état actuel du dossier, les dernières péripéties concernant l’existence ou non du chemin vicinal qui traversait le site du parking C où est projeté l’aménagement du Stade national n’ont pas d’impact sur l’objectif d’un démarrage des travaux en février 2017, a affirmé lundi soir l’échevin des Sports de la Ville de Bruxelles, Alain Courtois (MR), interpellé à ce sujet par trois membres de l’opposition (Hamza Fassi-Fihri du cdH, Marie Nagy d’Ecolo/Groen et Fabian Maingain de DéFI).

La commune de Grimbergen, sur le territoire de laquelle est situé le parking C, a entamé il y a quelques jours la procédure visant à supprimer administrativement l’ancien chemin vicinal (lire ci-dessous). Elle a été condamnée par le juge de paix, sous peine d’une astreinte de 250 euros par jour de retard dans un délai d’un mois à compter du jugement, à solliciter auprès de la députation du Brabant flamand la suppression dudit sentier qui n’existe plus physiquement depuis plusieurs décennies.

Une enquête publique de 30 jours va être lancée. La députation aura ensuite 90 jours pour parvenir à sa décision.

Interrogé sur l’impact de cet énième épisode dans ce dossier à rebondissements quant au respect des délais de construction, Alain Courtois a affirmé que les délais prévus ne seraient pas affectés par cette procédure et que le chantier pourrait démarrer en février prochain, ce dont doute très fortement l’opposition. «Vous vous moquez de nous, à moins que Ghelamco (ndlr: le promoteur du projet) ne démarre les travaux sans permis», a commenté Marie Nagy.

Grimbergen était parvenue, en juin dernier, à un accord avec la Ville de Bruxelles et Ghelamco pour la vente du sentier pour un montant de 557.400 euros à la Ville. L’échevin des Finances, Philippe Close (PS), a souligné que ce montant n’avait pas (encore) été engagé.

 

Grimbergen entame la procédure de suppression du sentier vicinal

Le collège communal de Grimbergen (Brabant flamand) a entamé, en application d’une récente décision de la justice de paix, la procédure de suppression du sentier vicinal numéro 3 situé sous le parking C, le site sur lequel est projetée l’implantation du futur stade national.

Le juge de paix a écarté la demande du promoteur Ghelamco de considérer l’ancien chemin vicinal prescrit après 30 ans de non-utilisation. Il a en revanche acté que les parcelles concernées par le sentier ont été affectées à un parking depuis 1958, que la commune ne réalise pas de travaux d’entretien et qu’elle a accordé, dans les années ‘70 et ‘80, des autorisations pour l’agrandissement du parking.

Le juge de paix a dès lors condamné Grimbergen, sous peine d’une astreinte de 250 euros par jour de retard dans un délai d’un mois à compter du jugement, à solliciter auprès de la députation du Brabant flamand la suppression du sentier. La procédure a donc été entamée par le collège pour éviter cette astreinte ainsi qu’une demande de dédommagement du promoteur Ghelamco.

Une enquête publique de 30 jours va être lancée. La députation aura ensuite 90 jours pour parvenir à sa décision.

La commune était parvenue, en juin dernier, à un accord avec la Ville de Bruxelles et Ghelamco pour la vente du sentier pour un montant de 557.400 euros. La justice de paix ayant reconnu le droit de propriété du lit du sentier à la commune et la légalité de la convention, la vente aura bien lieu - après suppression - au prix estimé.