HUY

Ivres, les jeunes étaient partis du Point Chaud sans payer

Ivres, les jeunes étaient partis du Point Chaud sans payer

Les faits se sont passés vendredi, juste avant la fermeture. ÉdA – 10861818372

Vendredi, des jeunes ont commandé des sandwiches au Point Chaud. Ivres, ils sont partis sans payer. Une maman est, depuis, venue rembourser.

Au-delà de la perte financière somme toute minime, une quinzaine d’euros, c’était surtout le côté (vraiment) désagréable de la chose que la vendeuse (24 ans) du Point Chaud de la rue des Fouarges ruminait…

Vendredi, à quelques minutes de la fermeture, 5-6 jeunes de 16-17 ans se présentent au comptoir. Un peu ivres, bouteilles de bière en mains, ils commandent des sandwiches. Comme elle le fait habituellement, la vendeuse les dépose un à un sur le comptoir, au fur et à mesure. Alors qu’un des jeunes prend son sandwich et passe à la caisse pour payer, les autres attrapent leur casse-croûte et… s’en vont sans régler leur note. «Elle a couru derrière eux dans la rue, a crié après mais ils ne se sont pas arrêtés et l’ont narguée en se moquant d’elle, explique Joëlle Gustin, la gérante du Point Chaud. Elle n’a pas osé courir plus loin pour ne pas laisser le magasin sans surveillance…»

Filmés par les caméras du magasin, ils sont identifiés

Dès samedi, la gérante de la sandwicherie a laissé un message sur le groupe Facebook «T’es un vrai Hutois si…», s’adressant directement aux jeunes. «Maintenant que vous êtes dessoûlés, j’aimerais que vous veniez régler vos commandes sinon les images des caméras seront envoyées à la police.»

Mais personne ne s’est manifesté. En tout cas, pas les jeunes coupables de grivèlerie. Par contre, ce lundi matin, Joëlle Gustin, aidée par un jeune Hutois qui connaît du monde en ville, a obtenu les identités de plusieurs des jeunes sur base des images vidéo. «Je vais leur envoyer un message privé via Facebook aujourd’hui. S’ils répondent et viennent payer, j’en resterai là. Sinon, j’irai à la police avec les images des caméras et leurs noms…»

Suite à la publication de l’info sur le groupe Facebook «T’es un vrai Hutois si…» ainsi que sur nos canaux d’information, la maman d’un des jeunes s’est présentée ce lundi pour régler la note.