BINCHE

Procédure de déclassement du lavoir de Péronnes: pas de décision avant 2017

Procédure de déclassement du lavoir de Péronnes: pas de décision avant 2017

Toujours 0 projet pour la réhabilitation de l'ancien lavoir à charbon Ugo PETROPOULOS

Dans le cadre de la procédure de déclassement de l'intérieur du bâtiment, une réunion publique s'est tenue à Binche. Ses enseignements: le lavoir ne fait pas partie des préoccupations des Binchois, il n'y a toujours pas d'investisseur potentiel et le déclassement n'est qu'une option.

C'est toujours le flou total concernant la réhabilitation du lavoir à charbon de Péronnes-lez-Binche. Ce bâtiment, dont la coque extérieure a été rénovée à la fin des années 2000, a déjà englouti 13 millions d'euros pour sa rénovation. Des dépenses qui pour l'instant n'ont encore servi à rien. L'intérieur du bâtiment est en ruine et sa remise en état avait été évaluée à 30 millions d'euros. Impayable par les temps qui courent. C'est pourquoi la Région wallonne a entamé une procédure de déclassement de l'intérieur du bâtiment.

Dans le cadre de cette procédure, une réunion publique se tenait à Binche fin de semaine dernière, où seul un couple a fait le déplacement, et qui n'a pas permis d'en apprendre beaucoup plus. La Région wallonne espère qu'en déclassant l'intérieur, elle lèvera certains freins pouvant rebuter des investisseurs. "Un bâtiment classé, c'est beaucoup de contraintes", reconnaît Valérie Krins, chargée de projet à l'Institut du Patrimoine Wallon, un des actionnaires de la SA Triage lavoir du Centre, société qui a pour mission de trouver une nouvelle vocation au monument.

Un bâtiment dont l'intérieur est un vrai casse-tête: "c'est un dédale de demi-niveaux, de quart de niveaux...Cette procédure pourrait permettre de rationaliser certains niveaux. Mais cela ne veut pas dire non plus que l'on casserait tout à l'intérieur". Tout dépendrait des projets. Mais comme actuellement il n'y en a aucun, impossible d'imaginer l'avenir.

La procédure de déclassement va prendre encore du temps, elle s'étale sur 150 jours en tout, plusieurs organes doivent rendre un avis positif ou négatif avant que le ministre wallon du patrimoine ne tranche, probablement dans le courant du premier semestre 2017.

Le centre d'archives fédérales bientôt terminé

Si rien ne bouge pour le lavoir, son annexe est par contre presque terminée. Ce bâtiment doit abriter les archives de plusieurs institutions fédérales, comme l'Institut des sciences naturelles, la Bibliothèque royale, le Musée des Beaux-Arts, et le Musée royal d’art et d’histoire. Ce nouveau bâtiment sera à peine visible: semi-enterré, toiture plate...Ce centre d'archive sera le plus discret possible pour ne pas faire d'ombre au lavoir géant de 50 m de long et 40 m de haut, désespérément vide et où l'état fédéral avait un temps envisagé de stocker ses archives avant de se rabattre sur ce nouveau bâtiment. Les travaux pour la construction de l'annexe auront duré plus de deux ans, pour un investissement de 12 millions d'euros.