Caterpillar Gosselies: la N-VA refuse d’entendre parler de prépensions

Caterpillar Gosselies: la N-VA refuse d’entendre parler de prépensions

- BELGA

Pour le parti nationaliste flamand, accepter des prépensions n’aidera pas les travailleurs.

Du côté francophone, des voix se sont fait entendre en commission de la Chambre pour que la fermeture annoncée de Caterpilar à Gosselies soit gérée de façon équitable à celle de Ford Genk lorsque des dérogations avaient permis à un certain nombre de travailleurs de bénéficier de prépensions. Entre-temps, la réforme des prépensions a suivi son cours et les conditions d’âge notamment ont été relevées. Peu de travailleurs de Caterpillar pourraient y souscrire.

Caterpillar Gosselies: la N-VA refuse d’entendre parler de prépensions
Pour Demir, avec des prépensions, Caterpillar enverrait la facture aux contribuables. BELGA

«Il faut se tourner vers les emplois existants»

La députée Zuhal Demir (N-VA) estime qu’on ne peut «pas accepter» des prépensions dans le cadre de la fermeture de Caterpillar à Gosselies car «cela n’aide pas les travailleurs».

«On a réformé, et pas de façon révolutionnaire. L’âge a été renforcé», a commenté Zuhal Demir. «Et il y a des emplois, le Bureau du plan et la Banque nationale le confirment. Il faut se tourner vers les emplois existants. Caterpillar ne peut pas encore une fois renvoyer la facture vers le contribuable, car c’est de cela qu’il s’agit. Elle doit prendre ses responsabilités», a dit la députée N-VA.

Michel sollicite un entretien avec Hollande pour éclaircir la situation

Notre Premier ministre Charles Michel a indiqué ce jeudi en commission de la Chambre qu’il sollicitera un rendez-vous avec le président français François Hollande alors que Caterpillar a décidé de transférer des activités de Gosselies à Grenoble.

«J’ai peu d’informations, cela m’interpelle», a dit Michel interrogé sur l’origine de cette décision.

Le Premier ministre a plaidé pour un approfondissement de la politique économique et monétaire après le Brexit, qu’il remettra sur la table demain vendredi à Berlin. «Certains font des déclarations sur le cœur mais les grands pays ont souvent une vision à courte vue» garantissant leurs propres secteurs, a estimé Michel.


Nos dernières videos