GOSSELIES

Fermeture Caterpillar Gosselies : la Commission européenne met en place une task force

Fermeture Caterpillar Gosselies : la Commission européenne met en place une task force

Magnette a notamment demandé le soutien des commissaires dans la sollicitation de l’organisation d’un Conseil conjoint consacré à l’Industrie et à l’Emploi. BELGA

À la demande du ministre-président wallon Paul Magnette, une task force va être mise en place par la Commission européenne dans le cadre de la fermeture de Caterpillar à Gosselies.

La Commission européenne mettra en place à très court terme une task force rassemblant les Directions générales de tous les départements compétents dans le dossier Caterpillar pour que celles-ci puissent servir d’interlocuteur dans ce dossier, ont annoncé ce jeudi soir le ministre-président wallon Paul Magnette et la Commissaire européenne à l’Emploi, Marianne Thyssen, à l’issue d’une réunion à laquelle ont également pris part le président de la Commission Jean-Claude Juncker et le vice-président Jyrki Katainen.

L’objectif était de faire un point sur les conséquences de l’annonce de la fermeture de l’usine de Gosselies. Le ministre-président wallon s’y est présenté avec un certain nombre de demandes qu’il souhaitait concrétiser avec les autorités européennes, dont celle, précisément de la mise sur pied, sans attendre la fin de la procédure Renault, de cette task force pour éviter la multiplication des pas de portes à devoir franchir en fonction des différents volets du dossier.

Magnette a demandé le soutien des commissaires dans la sollicitation de l’organisation d’un Conseil conjoint consacré à l’Industrie et à l’Emploi.

«Si nous pouvons aider via le Fonds Européen d’Ajustement à la Mondialisation, nous serons là»

Il a aussi plaidé pour la mise en œuvre rapide du Fonds Européen d’Ajustement à la Mondialisation. Sur le plan du principe, son appel a été entendu. «Si nous pouvons aider via le Fonds Européen d’Ajustement à la Mondialisation, nous serons là», a souligné Marianne Thyssen à l’issue de la réunion.

La Commissaire a également évoqué la possibilité de réorienter certains moyens du Fonds Social européen et du FEDER.

Par ailleurs, Paul Magnette a réitéré son plaidoyer en faveur d’une révision des règles du Pacte européen de Stabilité pour libérer l’étau qui enserre les investissements publics. Pour lui, il importe de réserver à ceux-ci un sort différent de celui qui est réservé aux dépenses de fonctionnement. Il existe déjà une dérogation pour les investissements en matière de sécurité. Cela devrait également être possible pour ceux à prévoir face à la fermeture d’entreprises telles que Caterpillar, a-t-il dit en substance.