CHARLEROI - Marcinelle

Marcinelle: le rachat de Carsid en négociation

Marcinelle: le rachat de Carsid en négociation

Que deviendront les lieux? La création d’un parcours de golf postindustriel a même été évoquée… ÉdA – 301326134954

Racheter l’ancien site de Carsid pour en acquérir la maîtrise foncière: des négociations sont en cours avec le groupe Duferco.

En 2013, la Région wallonne, la Ville de Charleroi et le groupe Duferco signaient une convention de partenariat pour assainir et reconvertir l’ancien domaine de Carsid, une friche sidérurgique de 104 hectares à la porte Ouest de Charleroi.

Au dernier Conseil communal carolo, les conseillers Jean-Pierre Deprez (MR) et Xavier Desgain (Écolo) ont interpellé le collège communal pour savoir où en était le projet. Les conditions de son exécution ont profondément changé, selon le bourgmestre. En raison de trois éléments.

Primo, la volonté de sauvegarde de certains outils de production, notamment le haut-fourneau 4. La commission patrimoine industriel les a identifiés dans un rapport déposé au printemps. Deuzio: la Ville a décidé de stopper la réindustrialisation des bords de Sambre. Or, une infrastructure devait être réaffectée à l’accueil d’entreprises innovantes à proximité de la rivière. L’idée a dû être abandonnée. Enfin, tertio: l’Europe a condamné Duferco à rembourser à la Wallonie 45 millions€ d’aides publiques jugées illégales. Si bien que le groupe n’a plus les moyens d’investir dans la reconversion de la zone.

À ce stade, une négociation s’est ouverte en vue de son rachat. Acquérir la maîtrise foncière faciliterait les opérations de dépollution et de réhabilitation. L’opérateur public qui sera à la manœuvre n’est pas encore identifié. On en est à discuter de la valeur du bien car les estimations divergent.

Magnette pense qu’un rapprochement des points de vue est possible. Quel avenir pour les terrains? L’idée structurante, c’est d’y faire cohabiter un parc d’activités économiques avec des espaces publics de qualité, sur le modèle de l’île de Nantes, en Loire-Atlantique, où les anciens chantiers navals ont été assainis. Des études de valorisation doivent être effectuées.

Aucun plan de réaménagement n’a donc encore été défini. «On a même imaginé la création d’un golf qui serait le premier parcours postindustriel en Europe», a indiqué le bourgmestre. Après le port de plaisance en rive droite de la Sambre, voilà un nouvel argument en faveur de la gentrification.