TOURNAI

Ce dimanche, c'est la Grande Procession à Tournai

Ce dimanche, c'est la Grande Procession à Tournai

Abritée à la cathédrale, c’est l’espagnole Notre-Dame la Brune (1568) qui est mise à l’honneur cette année. ÉdA – 301324999812

C’est avec une volonté délibérée de s’inscrire de plus en plus dans l’histoire et les temps forts de la ville que la Grande Procession sortira ce 11 septembre.

Sans doute pour la première fois dans une longue histoire qui remonte à 924 ans d’ici, la Grande Procession de Tournai a été présentée en même temps que les autres traditionnelles festivités de septembre. Il faut y voir là une volonté commune de tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’animation de la Cité des cinq Clochers.

Il n’en demeure pas moins que la Grande Procession garde son identité à elle. Une identité faite de tradition religieuse. «Si, depuis l’an dernier, nous cherchons à renforcer son aspect historique, avec un ordonnancement très différent de ce qu’il fut dans le passé, nous avons aussi à cœur de respecter avant tout la démarche de foi propre à la manifestation» disent prudemment les responsables de la Grande Procession.

Sauf en cas de pluie (pour protéger le formidable patrimoine séculaire, et notamment les grandes châsses), le cortège se mettra en route ce dimanche à 10 h, au départ de la cathédrale, pour parcourir les rues de la ville pendant près de deux heures.

Mille personnes porteront reliquaires et statues vénérées dans les églises du Tournaisis et d’ailleurs (70 groupes en tout), en souvenir d’une terrible maladie qui ravagea nos régions aux alentours des années 1089 et 1090, et qui cessa, dit-on, grâce à une procession de supplication.

La sortie de la Grande Procession aura été précédée d’une veillée de prière, le vendredi soir, devant l’effigie de Notre-Dame la Brune, mise à l’honneur cette année, ainsi que d’un office pontifical célébré ce samedi 10 septembre, à 18 h, à la cathédrale.

Celui-ci sera rehaussé par la Maîtrise de la Cathédrale, qui interprétera des œuvres de Brahms, Bouvard, Rheinberger etc. et, bien sûr, vers 19 h 15, dans le cadre de la cérémonie de la remise des clés de la ville par son bourgmestre, «Les Tournaisiens sont là», pendant que danseront trois grandes cloches «flirtant avec les voûtes de la nef romane».

Autre nouveauté: comme cela se pratiquait jadis, la présence de deux hérauts d’armes vêtus de riches tabards, manteaux courts et amples aux armes de la Commune et de l’Évêché de Tournai, «symboles de la séculaire dualité des pouvoirs civils et religieux de la vieille cité épiscopale».