PROVINCE DE NAMUR

Moins d’accidents sur les routes namuroises, mais plus de tués

Moins d’accidents sur les routes namuroises, mais plus de tués

Les bons chiffres nationaux du début d’année sont à mettre entre parenthèses car plusieurs graves faits ont déjà eu lieu cet été. EdA

En cette rentrée 2016, l’IBSR (l’Institut Belge pour la Sécurité Routière) a publié le dernier baromètre de la sécurité routière sur les six premiers mois de l’année. Les résultats dans le Namurois sont paradoxaux, avec une baisse notoire des accidents, mais une hausse inquiétante du nombre de tués.

-5,8%, telle est la baisse du nombre d’accidents sur les routes namuroises entre janvier et juin 2016. En passant de 810 à 763 accidents, la province de Namur passe à un niveau plancher jamais atteint au cours d’un premier semestre. Cependant, ces résultats sont à mettre entre guillemets lorsque l’on sait que le nombre de tués est lui passé de 18 à 25. Une augmentation de 7 cas qui représentent la plus forte hausse de Wallonie. Juste devant le Brabant wallon (+4) alors que les résultats sont en baisse dans le Luxembourg (-5) et surtout dans le Hainaut (-10) qui atteint un record avec 35 tués. Autre facteur d’inquiétude, le nombre d’accidents avec des piétons. De 61 à 75 faits, la hausse est de 23%. Des résultats contrastés qui montrent une évolution paradoxale de la sécurité routière dans la province durant cette période.

Malgré cela, avec moins d’accidents corporels (-1,5%), moins de blessés (-2,5%) et surtout moins de tués sur place (-8,3%), les résultats nationaux atteignent des niveaux records à la baisse qui ne s’étaient plus observés depuis le 1er septembre 2013. Selon l’IBSR, «la météo capricieuse du printemps a probablement eu une influence notable sur ces bons chiffres. Un temps pluvieux et froid va généralement de pair avec une baisse du nombre d’accidents, surtout parmi les deux-roues (-11,5% pour les motards et - 7,6% pour les cyclos)». L’institut se veut néanmoins prudent. Ces premières indications restent provisoires sur l’ensemble de l’année, surtout lorsque l’on sait que l’été a déjà été marqué par quelques graves accidents.