Ethias: le Setca craint déjà un autre «bain de sang social»

Ethias: le Setca craint déjà un autre «bain de sang social»

Le syndicat appelle à la rescousse le ministre wallon de l’Économie Jean-Claude Marcourt pour éviter un rachat d’Ethias par Belfius. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR BELGA

On a appris à redouter les convocations de conseils d’entreprise extraordinaire, dans le monde syndical. Le Setca redoute un «bain de sang social» chez Ethias.

Ce matin, un conseil d’entreprise extraordinaire est convoqué au siège liégeois d’Ethias.

«Depuis ces derniers temps, l’actualité nous a rappelé ce que pouvait signifier une telle convocation», rappelle le Setca de Liège. Surtout avec l’annonce toute fraîche du départ du CEO Bernard Thiry et d’un éventuel rachat de l’assureur par Belfius.

Ethias emploie encore plus de 1 600 personnes, rappelle le syndicat.

«Un premier pas»

Est-ce que le départ de Bernard Thiry peut suffire à alerter les représentants du personnel? «C’est un premier pas», considère le secrétaire général du Setca Egidio Di Panfilo.

«La décision du conseil d’administration hier soir d’écarter Bernard Thiry de la direction de la société doit être vue comme l’élimination de l’obstacle principal à une absorption dans le giron de Belfius qui fera de nombreuses victimes parmi les travailleurs.»

Le groupe traverse une période difficile; les fonds propres ne sont pas suffisants, malgré un gros effort réalisé en 2015. La Banque Nationale réclame un nouveau plan de renforcement.

«Les pièces se mettent en place»

Le syndicat s’en était déjà fortement inquiété il y a un an. Selon le Setca, l’entreprise n’a pas été à la hauteur.

«Malgré nos avertissements sur les menaces qui pesaient sur la société, notamment en juin 2015, aucune mesure n’a été réellement prise. La BNB a continué à jouer un rôle de déstabilisation de la société pour préparer le terrain à une offensive contre une entreprise clef de la région liégeoise», s’alarme Egidio Di Panfilo dans un communiqué.

«Les pièces du puzzle se mettent bien en place avec, après cette offensive, le départ du capitaine actuel et l’annonce d’un plan de fusion avec Belfius.»

Le Setca demande au gouvernement wallon, singulièrement au ministre de l’Économie, le Liégeois Jean-Claude Marcourt, de prendre des mesures, , «notamment par le biais de la participation de la Région dans le capital d’Ethias».

«Un rapprochement avec Belfius serait un nouveau bain de sang social pour la région liégeoise», conclut le syndicat.

Après l’annonce d’une grosse restructuration chez Axa Belgium et l’inquiétude des salariés chez ING, le secteur de la bancassurance vit en tout cas une rentrée pour le moins anxiogène.