BRAINE L'ALLEUD

La piscine du Paradis (Braine-l’Alleud) : bientôt une réalité

La piscine du Paradis (Braine-l’Alleud) : bientôt une réalité

Le projet de la nouvelle piscine de Braine-l'Alleud a été présenté lundi au conseil communal. Les citoyens peuvent le consulter jusqu’au 22 septembre dans le cadre de l’enquête publique. puckillustrations - Fotolia

Le projet a été présenté lundi au conseil communal. Les citoyens peuvent le consulter jusqu’au 22 septembre dans le cadre de l’enquête publique.

En attente d’une piscine depuis 2007 et la fermeture du Neptune, les Brainois entrevoient le bout du tunnel: le futur centre aquatique sera ouvert en 2020 au plus tard. Le permis unique a été introduit fin août à la Région wallonne. Les plans généraux de la piscine (sur le site du Paradis) ont été présentés en primeur au conseil communal lundi. Le dossier urbanistique est consultable par les citoyens depuis hier et jusqu’au 22 septembre, dans le cadre d’une enquête publique.

Le futur centre aquatique aura de l’allure, même si le projet initial a été raboté pour des raisons budgétaires. «Nous avons privilégié l’intérêt du public brainois, les écoles, les sportifs et les personnes à mobilité réduite, explique l’échevin des Sports, Geoffrey Matagne. Nous avons choisi un bassin de 35 x 21 m, une dimension idéale pour accueillir trois groupes de niveaux différents en même temps.»

Un système de ponton mobile permettra de séparer au besoin le bassin en une partie de 8 x 21 m et une autre partie de 25 x 21 m. Il y aura aussi deux fonds mobiles, l’un pour la petite partie, l’autre sur la moitié de la grande partie, dans le sens de la longueur. Ils pourront descendre jusqu’à 3 mètres de profondeur, le fond fixe est lui limité à 1 m 80.

Une multitude de combinaisons sont possibles, en ce compris une hauteur égale d’1 m 80 sur l’ensemble du bassin, adaptée à la pratique du waterpolo. «Les fonds mobiles pourront être remontés à 60 cm pour la nage des petits, et même carrément en surface, pour faciliter l’entrée dans le bassin des personnes en chaise roulante», précise Henri Detandt, échevin des Travaux.

La zone détente, de 50 m2 , comprendra un jacuzzi, des jeux d’eau, une pataugeoire pour les plus petits…

L’accessibilité des PMR a été pensée en priorité, en tenant compte des prescriptions légales, mais également des conseils des associations spécialisées.

Au niveau environnemental, le projet est d’avant-garde: le bâtiment sera visuellement discret, dans le sens de la pente vers le plan d’eau, pourvue d’une toiture verte, de systèmes de récupération des eaux de pluie, de recyclage des eaux usées, de pompes à chaleur pour la récupération des calories des éléments rejetés (eau, air), tandis que la moitié de l’énergie nécessaire sera produite par cogénération.

Enfin, la mobilité a été mûrement réfléchie avec la création d’un grand parking et d’un rond-point d’accès sur la route de Piraumont ainsi que l’aménagement de pistes cyclables reliant la piscine aux écoles principales.

Quant aux travaux proprement dits: «Trois phases sont prévues, a indiqué le bourgmestre Vincent Scourneau. La création du rond-point d’accès, la construction de la piscine, et enfin les parkings. Ils devraient débuter avant la fin de la législature, pour une durée de 18 à 24 mois.».

L’opposition IB-Écolo, très intéressée par la présentation du projet, a promis d’interpeller la majorité après avoir pris connaissance de l’ensemble du dossier.

Un budget de quinze millions d'euros

Reste la question du financement. L’investissement global a été ramené à 15 millions TVAC et a été budgétisé en décembre dernier par le conseil communal.
La Province a promis un subside de 4,5 millions. La Région wallonne a confirmé une subvention de 2,5 millions, mais la seconde subvention (du même montant) n’a pas été accordée. Le collège de Braine-l’Alleud a donc introduit une nouvelle demande de subsides à hauteur de 60 % de l’investissement total.
Une autre possibilité de réduction des coûts pour la Ville serait la création d’une régie communale autonome (RCA) sportive, qui gérerait la piscine et l’ensemble des infrastructures sportives communales. Un montage qui, s’il était approuvé par le ministère des Finances, permettrait à la Ville de récupérer la TVA sur la construction (2,5 à 3 millions). Le ton était à l’optimisme lundi soir.