article abonné offert

Le bois d’Ave-et-Auffe et son ermite

Le bois d’Ave-et-Auffe et son ermite

Dans le bois entre Auffe et Belvaux, l’autel «de Neufontaine» sur lequel d’Hoffschmidt avait fait graver une ode à la nature, traduction de vers déistes d’un poète anglais. J-.F.P.

Edmond d’Hoffschmidt (1777-1861) a mené sa vie à contre-courant. Pendant vingt ans, il vécut en ermite près du village d’Auffe puis devint châtelain de Resteigne et fut élu bourgmestre.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 14 des 79 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?