FRANCE

Ségolène Royal souligne « l’urgence » à ratifier l’accord de Paris sur le climat

Ségolène Royal souligne « l’urgence » à ratifier l’accord de Paris sur le climat

- AFP

La ministre française de l’Environnement Ségolène Royal a souligné dimanche «l’urgence» à ratifier l’accord de Paris sur le climat, au terme d’une visite dans l’Arctique où l’impact du réchauffement est deux fois plus rapide que sur le reste de la planète.

Lors d’un séjour de quatre jours sur l’archipel norvégien du Svalbard, à environ 1,300 km du pôle Nord, Ségolène Royal a notamment observé les effets du changement climatique sur un glacier qui a reculé de plus de 4 km depuis 1964.

«C’est là que les scientifiques […] observent le plus de choses, peuvent tirer la sonnette d’alarme et surtout montrer qu’il est vraiment urgent d’agir», a déclaré à l’AFP la présidente de la COP21, lors d’un passage à Oslo. «Par conséquent, je serai plus forte encore pour porter aujourd’hui l’urgence qu’il y a à ratifier l’accord de Paris», a-t-elle ajouté.

Aux termes de l’accord signé en décembre, la communauté internationale s’est engagée à limiter le réchauffement de la planète «bien en-deçà» de 2°C, par rapport au niveau préindustriel.

Au moins 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), responsables du réchauffement, doivent ratifier l’accord pour qu’il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020.

Or, seuls 22 pays, représentant 1.08% des émissions de GES, l’ont pour l’heure ratifié, selon le site de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

«Certains pays […] ne savent même pas qu’il faut ratifier. Ils ont signé à Paris, ils pensent que les choses sont faites et que maintenant les choses suivent leur cours», a dit Ségolène Royal. «Non, il faut encore la ratification […] il faut surtout les financements. J’ai bon espoir que tout ce processus soit finalisé avant la COP22», a-t-elle précisé.

La Chine et les États-Unis, les deux premiers pollueurs de la planète, ont annoncé leur intention de ratifier l’accord d’ici la fin de l’année.

La 22e conférence de l’Onu sur le climat commence début novembre à Marrakech (Maroc).