CONSO

La biométrie, technologie en plein essor, s'implante en Belgique

La biométrie, technologie en plein essor, s'implante en Belgique

BELGA/AFP

Avec l’avènement de la technologie biométrique, les smartphones feront bientôt office de véritables portefeuilles numériques. En Belgique, la biométrie est déjà omniprésente.

+ A LIRE AUSSI | Retirer de l'argent au distributeur en scannant son iris: un développement belge

De nos jours, plusieurs smartphones comme l’iPhone ou le Samsung Galaxy S sont équipés de la technologie de reconnaissance d’empreinte digitale. Selon Maxine Nost, analyste chez Acuity Market Intelligence: «D’ici 2018, tous les smartphones intégreront la biométrie et d’ici 2020 les téléphones standards seront obsolètes».

La technologie biométrique sur smartphone pourrait permettre d’effectuer des transactions sans solliciter de mots de passe. Le téléphone utiliserait la reconnaissance faciale, vocale ou une empreinte digitale pour déterminer l’identité de la personne qui achète un produit. Cette avancée a notamment été présentée lors du Mobile World Congress se tenant à Barcelone. L’entreprise de système de paiement MasterCard avait alors réalisé un sondage en collaboration avec Insites Consulting montrant qu’un belge sur deux était prêt à accueillir un nouveau moyen de paiement en magasin.

Déjà utilisée aux Pays-Bas, la technologie biométrique pour le paiement devrait arriver d’ici la fin de l’année 2017 en Belgique.

 

«Une sécurité supplémentaire»

 

Si le paiement par reconnaissance faciale ou empreinte digitale n’est pas encore disponible, la biométrie est déjà implantée en Belgique dans un volet plus sécuritaire. L’entreprise Semlex, située dans plusieurs villes du monde dont Bruxelles, a été fondée en 1992. Elle propose des systèmes d’authentification et d’identification biométriques pour des entreprises et même des gouvernements.

Il s’agit d’utiliser la biométrie pour identifier une personne grâce à la reconnaissance faciale, par exemple, quand elle doit accéder à un bâtiment particulier. «La biométrie est une technologie bénéfique. De manière générale, elle permet de réduire le nombre de fraudes», explique la responsable de la communication de Semlex.

En effet, cette technologie garantit un niveau de sécurité supplémentaire car chacun dispose d’une empreinte ou d’un visage unique qu’il est difficilement possible de falsifier.

 

«

C’est une technologie fiable. S’il y a un doublon, le système le détecte immédiatement, c’est complètement sécurisé.

»

 

 

Une technologie sans faille?

 

Si la biométrie attise la curiosité et offre des avantages certains pour le monde professionnel (allégement administratif ), étendue à notre quotidien, elle met en avant certaines interrogations en rapport avec la vie privée. Si nos identités sont numérisées et sauvegardées, qui peut garantir que personne d’autre ne peut y accéder et s’en servir?

En Belgique, la Commission de la protection de la vie privée a rendu un avis en 2008 pour encadrer l’usage de la biométrie. Elle propose des règles permettant de limiter les abus. On peut y trouver par exemple la règle suivante: «les données ne peuvent être conservées plus longtemps que nécessaire à la réalisation de la finalité poursuivie».

Elle définit également que l’usage de la biométrie ne peut se faire seulement si le demandeur en a réellement besoin pour des raisons précises.

Malgré tout, cette évolution est en plein essor en Belgique comme le précise la responsable de la communication de Semlex: «Nous avons déjà travaillé pour des événements qui nécessitaient une sécurité biométrique et le gouvernement belge est également intéressé».

Néanmoins, pour payer sans espèces ni carte bleue, il faudra encore attendre un peu.


Nos dernières videos