Concerts, voitures et mode: l’univers des fifties a fait vibrer Huy

Huy a fait un bond dans le temps ce week-end avec le Los Ama’s Festival. Les années 50 et la musique rockabilly ont animé Mont Falise.

Sur les hauteurs de Huy, le Mont Falise est un havre de sérénité. Sauf début du mois d’août lors du Los Ama’s Festival. Le quartier s’éveille et fait alors un bon dans le temps. Une fois les grilles du site franchies, le public se retrouve projeté dans les années 50. Et les amateurs et nostalgiques de la belle époque américaine étaient nombreux. Robe à jupon ou crayon pour les dames, salopette en jeans et veste en cuir pour les messieurs étaient le dress-code de ce week-end.

«On a eu de la chance d’avoir beaucoup de monde car il y avait pas mal d’événements ce week-end», annonce ravie Patricia Content, organisatrice du festival. Encore une fois, le cap des milliers de visiteurs a été franchi sans aucune difficulté avec une prédilection pour le dimanche.

Rassemblement de voitures américaines

Avant de parvenir à la tente sous laquelle étaient organisés les concerts, les festivaliers pouvaient déambuler dans les allées du «meeting car US». Car le Los Ama’s Festival est aussi un rassemblement de belles mécaniques américaines, souvent customisées avec passion: Chevrolet Pickup, Ford Fairlane ou Thunderbird. À côté des voitures, les motos Harley Davidson étaient également en nombre avec pour certaines leur petit surnom gravé sur le réservoir.

Deux jours de rockabilly

Le Los Ama’s Festival est avant tout un festival culturel et musical. Sur deux jours, neuf groupes ont foulé la scène avec toujours une programmation mettant toujours en avant le rockabilly; ce rock and roll typique des années 50. «Cette année, on a voulu mettre en avant des groupes plus internationaux. La plupart sont Français et Hollandais. Mais on a gardé une touche locale dimanche soir avec le groupe From the Road» qui reprend les morceaux de Lynerd Skynerd.


Concert Fifties (1) par lavenir-huy-waremme

Samedi, Slap Doowap ont interprété les plus grands standards des fifties de Little Richard en passant par Jerry Lee Lewis. Et la soirée s’est clôturée avec The Swindlers et la belle Tamara au chant qui a séduit plus d’un festivalier masculin pendus au pied de la scène.


Concert Fifties (2) par lavenir-huy-waremme

De nombreuses animations

En plus du défilé organisé par Pitsy Fashion, l’animatrice du week-end Ana Van Rossa tenait un atelier de relooking pin-up sous le nom «Fifties Memories». La belle qui attend un heureux événement a également proposé, avec son école de danse «Lunavana Dance School», une courte comédie musicale inspirée du film Grease avec John Travolta et Olivia Newton-John.

Samedi, le public a également été invité à découvrir les pas de base du boogie-woogie. Petit plus pour les enfants, le festival familial proposait également pour la 1re fois un atelier de grimage «qui a eu énormément de succès ».