CHARLEROI - Marchienne-au-Pont

Marchienne-au-Pont : 802 000 € pour le site de la Fonderie Giot

Marchienne-au-Pont : 802 000 € pour le site de la Fonderie Giot

Sauvée pour son architecture, la façade de la Fonderie Giot abritera, dès 2019, une microzone de PME et TPE. TTLAgency

Le projet de microzone d’activités économiques le long de la rue de Châtelet vient d’être approuvé par le ministre Prévot.

Déjà sauvée, il y a quelques années, par un long travail de sensibilisation porté par des citoyens, la façade de l’ancien bâtiment de la Fonderie Léonard Giot ouvrira donc, désormais, le site sur une toute nouvelle microzone d’activités économiques.

Prévu, sur 4,16 hectares, pour des PME et TPE dont les activités sont compatibles avec le maillage résidentiel local, ce projet est promu et défendu par l’intercommunale Igretec. Le site de l’ancienne Fonderie, active dans le cuivre, la fonte puis les aciers spéciaux de 1862 à 1978, a préalablement fait l’objet d’une réhabilitation, menée par la SPAQuE de 2010 à 2015.

Le chapitre qui commence à s’écrire aujourd’hui est donc la conclusion d’un long processus mais annonce encore plusieurs bouleversements pour ces lieux, en bordure de la rue de Châtelet, à Marchienne-au-Pont, sur l’axe reliant Charleroi à Fontaine-l’Évêque.

Le ministre wallon des Zones d’activités économiques, Maxime Prévot, en approuvant le projet que lui a soumis Igretec, permet donc à l’intercommunale d’enclencher les opérations, tout en assurant un important subside public.

Issue du programme de financement alternatif Sowafinal2, dans le cadre du Plan Marshall 4.0, l’enveloppe allouée atteint les 802 000€, sur le total estimé de 1,1 million d’euros de travaux.

Les interventions sur le site seront diverses et comprendront l’aménagement d’une voirie interne, avec pose de l’égouttage et de l’éclairage public; la création d’une aire de manœuvre pour les poids lourds; l’instauration d’un parking paysager; la sécurisation de l’accès au site depuis la rue de Châtelet et, forcément, l’installation de parcelles industrielles totalement équipées en eau, gaz, électricité et fibres optiques.

Igretec envisage d’accueillir une dizaine de PME et TPE sur cette microzone, pour un total d’emplois directs créés estimés à 80. L’intercommunale devrait débuter les travaux à l’issue des acquisitions en cours, soit en juillet 2018. Une fois entamé, le chantier devrait se mener bon train, pour une conclusion espérée à peine un an plus tard, avant l’été 2019.