BEAU VÉLO DE RAVEL (7/13)

Boussu: les étranges collines du Borinage

Boussu: les étranges collines du Borinage

BVR

Comme des termitières géantes, les paysage de cette promenade boraine offrent une plongée dans le passé industriel de la région.

Pas de doute : le passé minier du Borinage hante le décor de cette balade où d’étranges collines voisinent avec des traces d’urbanisme industriel. Le complexe du Grand-Hornu est la parfaite illustration d’une mémoire bien préservée. Les premiers coups de pédale s’effectuent très vite sur un RAVeL plutôt ludique : sur une portion d’un kilomètre, tout est décoré par des artistes lauréats d’une bourse à projets pour Mons 2015. Des messages sur les murs, des peintures géantes à même le sol… L’œil curieux est partout. Paysages rustiques rythmés de monts noirs devenus verts accompagnent le promeneur qui ne manquera pas d’apercevoir le châssis à molettes de l’ancien charbonnage du Crachet-Picquey (photo) au travers de plaines aux allures de termitières géantes. Un peu de rafraîchissement le long de la Haine, avant de passer par le château de Boussu et son parc romantique, dernière étape avant le retour à Hornu.

À voir dans la région

Impossible d’y couper puisqu’il est le point de départ et d’arrivée de la promenade, le Grand-Hornu est l’un des lieux les plus emblématiques de la révolution industrielle. Abandonné lors de la fermeture du charbonnage au milieu des années 50, le site a été restauré par un architecte dès les années 70. Il appartient aujourd’hui à la Province de Hainaut.
Grande fierté des habitants, le château de Boussu est joliment restauré et abrite depuis peu un centre d’interprétation.

 

Pour imprimer la carte, cliquez dessus

 

Carnet de route

Distance : 32,1 km

Départ : esplanade du Grand Hornu (rue Sainte-Louise 82 - Hornu)

Transports en commun : gare de Saint-Ghislain (2 km)

Praticabilité : à pied, à vélo, à cheval

Difficulté : moyen

 

Toutes les étapes détaillées également dans le livre "Le Beau Vélo de RAVeL 2016", Frédérique Thiébaut,  Adrien Joveneau  et Francis Hubin, Weyrich, 295 p., 15 €.