La chaleur réveille une bactérie disparue depuis 75 ans en Sibérie

La chaleur réveille une bactérie disparue depuis 75 ans en Sibérie

BELGA

La Sibérie connaît une forte vague de chaleur cet été avec, pour effet, la fonte du permafrost et la réapparition de la bactérie Bacillus Anthracis responsable de la maladie du charbon ou Anthrax.

Tout commence par la mort de 1500 rennes en Sibérie depuis le début de l’été. De fortes chaleurs pour la région ont causé la résurgence de la bactérie qui était inactive depuis 1941.

Le magazine Science et Avenir explique que le bacille de la maladie du charbon existe naturellement dans la nature et peut envahir l’organisme par la peau, l’estomac ou les poumons. Très virulente, l’infection peut provoquer chez l’Homme de la fièvre, des vomissements, mal de gorge ou diarrhée comme premiers symptômes.

Selon des spécialistes évoqués par le magazine, si un renne entre en contact avec la bactérie, il peut mourir en trois jours. Pas étonnant alors de constater une telle hécatombe.

Une maladie d’un autre temps

Et si le réchauffement climatique voulait notre mort? Pour plusieurs chercheurs, la bactérie du bacille est réapparue à cause de la décongélation d’un cadavre de renne mort en 1941. Le ministre Dimitri Kobylkin, gouverneur de Iamalie (Nord de la Russie) a annoncé le lundi 1er août qu’un enfant de douze ans était décédé à cause de l’Anthrax et que 20 autres cas ont été confirmés et hospitalisés.

Peut-il y avoir une preuve plus concrète du réchauffement de la planète? On peut se demander combien de bactéries dangereuses, voire mortelles, les variations de températures pourraient réveiller.