article abonné offert

Les dernières vierges jurées

«Ceux qui m’aiment m’appellent Shkurtan, ceux qui veulent m’offenser disent Shkurta», version féminine du prénom: comme cette octogénaire, elles sont encore une poignée de «vierges jurées», ces Albanaises qui vivent comme des hommes et se considèrent comme tels.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 51 des 266 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?