FRANCE

Un lycéen lance une pétition « pour l’anonymat des terroristes dans les médias »

Un lycéen lance une pétition « pour l’anonymat des terroristes dans les médias »

Quelques heures après l’attentat à Nice, la Promenade des Anglais était envahie de journalistes partis à la traditionnelle «chasse aux infos». Reporters/Abaca

Au lendemain des attentats de Nice et de Munich, un jeune lycéen français a décidé, à sa manière, de crier sa révolte: il a lancé une pétition «pour l’anonymat des terroristes dans les médias», dans le but de lutter contre cette hypermédiatisation qui fait d’eux de potentiels sujets de fascination pour d’autres personnes.

Edwyn Letellier est un lycéen de 18 ans qui en a marre. Marre de voir la course à l’information dans laquelle les médias se lancent traditionnellement au lendemain d’attentats et qui, inévitablement, passe par la réalisation du portrait le plus complet possible de leurs auteurs.

«Je suis révolté! Révolté qu’après chaque attentat terroriste en France, les médias passent plusieurs mois à nous informer sur l’auteur ou les auteurs de ces massacres ignobles. Que nous apporte la connaissance de l’identité d’un tueur de masse? Pourquoi en faire une «super-star»?»

Ce sentiment de révolte a poussé le jeune homme à introduire une pétition en ligne, dans le but de demander l’arrêt de la diffusion d’informations liées à l’identité des auteurs d’attentats.

ACCÉDER À LA POSTÉRITÉ

En 1980, Mark David Chapman assassinait froidement son idole de toujours, John Lennon. Fan obsédé par les Beatles, ce Texan alors âgé de 25 ans voyait dans cet acte la possibilité d’acquérir une notoriété égale à celle de son héros et d’ainsi dépasser sa condition de vie moribonde.

Il est établi que le désir de notoriété, au détriment de la vie d’autrui, qu’il s’agisse de célébrités ou d’anonymes, peut en effet jouer un rôle dans les motivations d’un tueur ou d’un terroriste. Sans doute d’autant plus à une époque où «devenir célèbre» n’a jamais été aussi populaire mais aussi accessible à n’importe qui (cfr. télécrochets, etc.).

UN POUVOIR DE FASCINATION

Un autre facteur dont il faut tenir compte est le pouvoir de «fascination» que certains meurtriers exercent autour d’eux. Charles Manson, reconnu entre autres coupable du meurtre de l’actrice Sharon Tate à la fin des années soixante, était perçu comme un véritable gourou par toute une série de personnes se revendiquant ouvertement comme les disciples ou les héritiers du criminel.

L’auteur de la fusillade de Munichétait lui aussi connu comme un « admirateur » de Anders Behring Breivik, l’auteur de la tuerie de masse en Norvège, en 2011.

60 000 SIGNATAIRES EN 6 JOURS

Edwyn Letellier conclut ainsi la lettre accompagnant sa pétition: «Je lance donc aujourd’hui un appel aux médias nationaux: cessez de diffuser l’identité des terroristes! Cela n’apporte rien, mis à part une notoriété d’outre-tombe pour l’auteur ou les auteurs de massacres.»

Le message rencontre un certain succès puisque, à ce jour, plus de 60 000 personnes ont déjà signé la pétition mise en ligne il y a six jours. Celle-ci devrait être déposée auprès du Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel français, Monsieur Olivier Schrameck.