ATHLÉTISME

Le Tribunal arbitral du Sport rejette le recours des athlètes russes interdits de JO

Le Tribunal arbitral du Sport rejette le recours des athlètes russes interdits de JO

Le siège du Tribunal arbitral du Sport à Lausanne AFP

Le Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne rejette le recours des 68 athlètes russes interdits de participer aux jeux Olympiques de Rio.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté l’appel du Comité olympique russe (ROC) et des 68 athlètes qui demandaient à participer aux jeux Olympiques de Rio après avoir été suspendus par la Fédération internationale (IAAF).

«Le jury du TAS a confirmé la validité de la décision de l’IAAF selon laquelle des athlètes dont la fédération nationale est suspendue sont inéligibles pour les compétitions tenues sous l’égide de l’IAAF», a déclaré le TAS pour motiver sa décision.

Selon le TAS, le ROC reste «habilité à sélectionner comme représentants de la fédération de Russie aux Jeux olympiques de Rio les athlètes russes qui remplissent les critères et sont éligibles pour concourir selon (le règlement) de l’IAAF». A ce jour, seules deux athlètes russes, la sauteuse en longueur Darya Klishina et Ioulia Stepanova (800m) ont été repêchées par l’IAAF.

Les trois arbitres du TAS ont également estimé n’être pas compétents pour déterminer si les athlètes russes sélectionnées doivent être inscrits «comme représentants de la Fédération de Russie ou comme athlètes neutres».

L’IAAF a immédiatement réagi avec soulagement à la décision du TAS estimant qu’elle créait des «conditions de compétition à armes égales entre athlètes».

Le TAS s’est cependant dit «troublé» par l’application immédiate avec effet rétroactif de la règle de l’IAAF, adoptée le 17 juin 2016, qui prévoit des critères d’éligibilité exceptionnels pour des athlètes dont la fédération est suspendue.

En vertu de cette règle, seuls les athlètes résidant à l’étranger et/ou s’étant soumis à un système de contrôles antidopage autre que le système russe étaient éligibles. Elle avait permis le repêchage de Klishina.

«Cette règle,» a jugé le TAS, «incluant des critères basés sur une activité antérieure, ne laissait pratiquement aucune possibilité aux athlètes demandeurs de s’y conformer.»

Après celle du TAS, une décision globale du CIO sur la participation du ROC est attendue dans les jours à venir.

Sebastian Coe, président de l’IAAF, «remercie» le TAS de son «soutien», la Russie déçue

Sebastian Coe, président de l’IAAF, a remercié le tribunal arbitral du sport (TAS) de son «soutien» face au dopage après la décision de l’instance de Lausanne de rejeter le recours du Comité olympique russe et des 68 athlètes russes interdits par l’IAAF de participer aux jeux Olympiques de Rio (du 5 au 21 août).

«Nous sommes à la fois reconnaissant de voir que nous sommes soutenus dans nos règles et notre autorité à faire respecter ces règles et le code anti-dopage, mais il n’est pas l’heure de faire des discours triomphants. Je ne suis pas venu dans le sport pour empêcher des athlètes de concourir. Il est dans les gènes de notre fédération d’inclure, et non d’exclure. Avec la «task-force» de l’IAAF, nous poursuivrons notre travail avec la Russie pour établir un environnement propre et sûr pour ses athlètes pour que cette fédération et ses équipes puissent revenir disputer des compétitions internationales.»

De son côté, la Russie «regrette profondément» la décision du TAS, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

«On ne peut que regretter profondément» cette décision concernant les «athlètes qui n’ont rien à voir avec le dopage», a déclaré à la presse Dmitri Peskov, en jugeant «peu probable que la responsabilité collective puisse être acceptable. Nous parlons ici d’athlètes qui se sont sacrifiés pour préparer les JO, qui n’ont rien à voir avec le dopage, qui n’ont rien à voir avec les accusations et les suspicions, et qui ont été régulièrement contrôlés par des agences anti-dopage internationales.»

Le ministre russe des sports, Vitali Moutko, lui-même mis en cause dans le rapport McLaren dénonçant un système de dopage d’État en Russie entre 2012 et 2015, a qualifié lui la décision du TAS de «politique» et «sans fondement juridique».

«Je ne peux qu’exprimer ma déception. Nous allons réfléchir aux prochaines étapes. A mon avis, c’est une décision subjective, assez politisée et sans fondement juridique», a-t-il déclaré à l’agence de presse russe TASS.

La commission exécutive du CIO se réunit dimanche

La commission exécutive du Comité international olympique (CIO) va se réunir dimanche, par téléphone, a annoncé jeudi un porte-parole du CIO à l’AFP.

Un communiqué est attendu après cette réunion, lors de laquelle le CIO va étudier le verdict du tribunal arbitral du sport (TAS) qui a rejeté les appels des athlètes russes jeudi, les privant donc des Jeux de Rio. Le CIO pourrait alors annoncer sa décision finale concernant une éventuelle exclusion collective de la Russie des Jeux cariocas.