NATURE

Inédit : une colonie de barbastelles découverte sur le sol wallon

Natagora est aux anges. L’association pour la protection de la nature vient de découvrir une colonie de barbastelles d’Europe. C’est la première identifiée en Wallonie. C’est aussi le résultat de quatre années de recherche.

«On ne peut pas dire que la rencontre soit fortuite!» affirme Natagora. «Depuis 2012, des dizaines de volontaires de Plecotus, le groupe de travail «chauves-souris» de Natagora, se démènent pour trouver des traces de la barbastelle en province du Luxembourg

« Jusque-là, seules quelques observations étaient notées chaque année. La barbastelle est en effet très discrète: elle gîte et chasse en forêt et y passe même l’hiver. Or, ce sont dans les grottes et les combles qu’il est le plus facile de voir les chauves-souris. Mais les barbastelles ne se réfugient sous terre qu’en cas de grosse vague de froid, préférant des écorces décollées d’arbres morts ou sénescents sur pied

Depuis 2012, donc, Natagora a fait son enquête, faisant jouer ses détecteurs dans les forêts wallonnes. Confrontées à des obstacles divers et variés, les recherches ont finalement porté leur fruit en ce début de mois de juillet.

«La première colonie a été retrouvée le dimanche 3 juillet, dans une zone de forêt particulièrement bien gérée par le DNF (Département de la nature et des Forêts) et qui compte pas mal de bois mort sur pied! Cette colonie est tapie dans un grand hêtre mort dans la forêt non loin d’Orval, l’équipe de Natagora y a compté jusqu’à 17 individus à la sortie du gîte. »

Pierrette Nyssen, responsable du groupe de travail «Chauve-souris» de Natagora: «Alors qu’il y a peu, nous pensions l’espèce quasiment éteinte, observer le ballet des barbastelles autour du gîte est une chance incroyable. Nous allons maintenant évidemment tout faire pour protéger les milieux qu’affectionne l’espèce et continuer à mieux documenter sa présence et ses habitudes en Wallonie»

Crédit vidéo: Frédéric Forget

La fiche de Natagora

Inédit : une colonie de barbastelles découverte sur le sol wallon
Barbestelle équipée d’un émetteur Pierrette Nyssen
La barbastelle d’Europe est une espèce forestière rarissime en Wallonie. Elle chasse principalement des papillons de nuit. Grâce à un sonar très caractéristique, elle a la particularité de s’attaquer à certains papillons qui repèrent les autres chauves-souris. L’ensemble de son cycle se déroule en forêt où elle installe ses gîtes d’été et d’hiver dans un trou d’arbre ou derrière une écorce décollée.

Cette chauve-souris forestière de taille moyenne possède un pelage caractéristique long et soyeux, d’aspect général très sombre à noir parfois grisonnant. La pointe des poils du dos est blanchâtre, le ventre est gris foncé et la face noire. Les oreilles sont noires, très larges et soudées entre elles sur le front. Chaque individu possède un «dessin» d’oreille unique, qui permet de les différencier.

Longueur tête et corps: 45-58 mm

Longueur avant-bras: 36,5-44 mm

Longueur oreilles: 12-18 mm

Envergure: 262-292 mm

Poids: 6-13 g.