MONS

Des fouilles archéologiques dévoilent un pan méconnu de l'histoire de Mons

Depuis le mois de juin, une équipe d'archéologues du SPW mène des fouilles Rue Rachot. Là où on s'attendait exhumer une partie d'un couvent, c'est un petit quartier qui a été découvert. Le service d'archéologie du Hainaut mènera ses fouilles jusqu'au début du mois d'août

Quand on se lance dans un projet immobilier dans le centre-ville de Mons, il faut s'attendre à passer par la case fouilles archéologiques. Cela s'est encore confirmé avec un chantier situé rue Rachot qui prévoit la construction d'un immeuble de quinze appartements.  Depuis le début du mois de juin, une équipe d'archéologues du service de l'archéologie-Hainaut du SPW travaille d'arrache-pied pour faire parler les vieilles pierres. Et ses découvertes sont "exceptionnelles", estime Cécile Ansieau, archéologue. Si d'habitude ce sont des caves et fondations qui sont retrouvées par les chercheurs dans le centre de Mons, ils ont cette fois mis au jour des élévations de mur sur parfois un mètre cinquante, des pas de porte, des ruelles...C'est tout un petit quartier qui s'offre aux archéologues qui tentent de découvrir à quoi ces vestiges se rapportent.

Une découverte énigmatique

Car ces trouvailles viennent infirmer certaines hypothèses. "Elles posent plus de questions qu'elles n'y répondent", sourit Cécile Ansieau. D'après les archives, ce sont les vestiges d'un couvent que l'on aurait dû trouver là. Celui des Carmes Déchaussés, installé dans la seconde moitié du 17e siècle et rayé de la surface après la révolution française. A la place du cloître attendu, c'est un petit quartier qui se révèle, avec quatre ruelles pavées et son système d'égouttage entourant un espace destiné à recevoir les eaux. Autre vestige qui retient l'attention des spécialistes: un ancien atelier qui a pu accueillir une activité artisanale ou semi-industrielle. Toutes les découvertes datent des 17e et 18e siècle, avant 1789.

Pour y voir plus clair, les archéologues ont encore un mois pour récolter autant d'indices qu'ils le peuvent avant que le promoteur Thomas & Piron ne reprenne possession des lieux. Prévoyant, ce dernier s'était signalé auprès du Service public de Wallonie avant même d'obtenir le permis de construire. Ce qui a permis d'entamer la phase de recherches archéologiques avant le début de travaux. Pour lui, c'est tout bénéfice: ses travaux ne sont pas retardés et il bénéficiera d'une connaissance inespérée des caractéristiques du terrain. Les grues de chantier remplaceront les pelleteuses des archéologues normalement à partir du 8 août.

L'exposition "sous vos pieds" à la salle Saint-Georges

Coïncidence, une exposition retraçant 10 ans de découverte archéologiques à Mons est à voir en ce moment à la salle Saint-Georges, juste à côté de l'hôtel de ville. "Sous vos pieds" expose les découvertes majeures et les pièces maîtresses révélées ces 10 dernières années lors de diverses fouilles préventives dans le centre-ville. Il résulte de ces fouilles une quantité et une variété inspoupçonnée de matériel archéologique allant de la céramique à la verrerie en passant par de la décoration intérieure. Des objets découverts à la rue Rachot sont déjà exposés. Les visiteurs de l'exposition sont invités à se rendre sur le lieu des fouilles menées en ce moment rue Rachot pour voir le travail archéologique d'un peu plus près.

Exposition "Sous vos pieds!", accessible du mardi au dimanche à la salle Saint-Georges, jusqu'au 21 août.