C’est la ruée sur les tartes au riz

C’est la ruée sur les tartes au riz

On a failli tomber à court de tarte au riz dimanche à la boulangerie du Sacré-Cœur de Dison. Il a fallu relancer d’urgence de nouvelles fournées. ÉdA Philippe Labeye

Les menaces de l’Afsca sur la fabrication de la tarte au riz ont entraîné un boom des ventes. Ces derniers jours, tout le monde est «tarte au riz » et en redemande.

Ce n’est pas demain la veille que la célèbre tarte au riz sera reléguée au frigo et encore moins aux oubliettes. Ces derniers jours, la «dorêye» verviétoise est même devenue la star des goûters. Une semaine après que l’Afsca ait suscité la polémique en remettant en cause la méthode de préparation et de conservation de la tarte au riz traditionnelle (une étude scientifique concernant les températures de conservation du produit est en cours), les Verviétois sont bien décidés à montrer qu’ils n’abandonneront pas leur patrimoine culinaire. Et pour ce faire, une seule direction à prendre: celle des boulangeries traditionnelles. «Les gens ont entendu parler de la polémique à travers les médias et ça a clairement eu une répercussion sur les ventes, nous confie la vendeuse de la boulangerie Georges, l’une des références verviétoises en matière de tarte au riz. Par rapport à d’habitude, on a enregistré une hausse de 30 à 40% de ventes rien que pour dimanche, il faut dire que la météo s’y prêtait bien aussi. » Même constat à la boulangerie du Sacré-Cœur de Dison où, ces derniers jours, les tartes au riz se vendent comme des petits pains. « Ça a été la razzia chez nous, on a même dû refaire de nouvelles tartes en cours de journée dimanche car on était tombé à cours, témoigne la patronne Émilie Decourty. Avec la fête des pères déjà, c’est un bon week-end pour les boulangeries mais la tarte au riz a été particulièrement prisée, certains clients nous disaient même sur le ton de l’humour qu’ils voulaient en profiter une dernière fois avant qu’elle ne disparaisse! »

Une manière pour les Verviétois de montrer leur attachement à leur spécialité régionale mais aussi de soutenir les producteurs artisanaux en refusant les pièges tendus par la grande consommation. «Mon mari étant le président de l’union professionnelle des boulangers-pâtissiers de Verviers, nous avons évidemment réagi à cette polémique et dans les jours qui ont suivi, on a magnifiquement bien vendu nos tartes au riz, confie Martine Wertz de la boulangerie Wertz de Thimister. Il y a sans doute l’aspect médiatique qui joue mais, plus largement, ça montre surtout que les gens sont du côté des boulangers et qu’ils continueront à manger la tarte au riz traditionnelle conservée hors du frigo! D’ailleurs, nos clients nous ont posé pas mal de questions, on sent qu’ils sont sensibilisés à cette cause et continueront de nous soutenir. »

Trésor de la gourmandise verviétoise, la «blanche dorée » devrait encore régaler bon nombre d’estomacs ce dimanche pour la traditionnelle dégustation à la ligne d’arrivée du grand jogging de Verviers.