SAINT-GILLES

Un «parcours du logement vide» à Saint-Gilles: «De 15.000 à 30.000 logements inoccupés à Bruxelles»

Un «parcours du logement vide» à Saint-Gilles: «De 15.000 à 30.000 logements inoccupés à Bruxelles»

Le parcours «logements vides» a réuni 70 citoyens à Saint-Gilles. Tout Autre Chose

Trop de logements vides à Bruxelles? C’est ce que croient les citoyens saint-gillois regroupés par Tout Autre Chose et le Codes. Qui ont organisé le «parcours du logement vide».

Chancres, bureaux, logements sociaux, logements publics, logements privés, appartenant à des particuliers ou à des multinationales... Le parc de logements vides saint-gillois est varié. Le Codes, Comité de Défense de Saint-Gilles, estime leur nombre à 800. Pour sensibiliser le public à cette problématique de la crise du logement, l’ASBL a organisé un parcours des logements vides avec la locale saint-gilloise du mouvement citoyen Tout Autre Chose. Cette promenade a réuni 70 personnes dimanche 5 juin pour un circuit de 2 heures.

«Quelques chiffres démontrent l’ampleur de la catastrophe à Bruxelles», énumère Tout Autre Chose au lendemain de ce parcours des logements vides. «44.000 familles sur liste d’attente d’un logement social; pour la moitié des ménages, seuls 10% des logements sont dits “à prix décents” (max 30% des revenus); les prix ont augmenté de 45% en 15 ans alors que 60% des Bruxellois sont locataires; de 15.000 à 30.000 logements vides et plus d’1 millions m2 de bureaux vides...»

Un «parcours du logement vide» à Saint-Gilles: «De 15.000 à 30.000 logements inoccupés à Bruxelles»
«Les pouvoirs publics doivent montrer plus de courage pour garantir le droit fondamental au logement décent», estiment TAC et Codes. TAC
Plus de logements sociaux et une grille d’encadrement des loyers

La septantaine de citoyens réunis pour cette chasse au logement vide en appelle donc aux pouvoirs publics. «Ils doivent intensifier leurs efforts et montrer plus de courage pour garantir le droit fondamental au logement décent».

Un «parcours du logement vide» à Saint-Gilles: «De 15.000 à 30.000 logements inoccupés à Bruxelles»
«Ayons le courage d’aller chercher les financements» pour le logement social, demandent TAC et Codes. TAC
Tout Autre Chose et le Codes demandent deux choses. D’abord, davantage de logements sociaux. «À Vienne, 60% de la population vit dans des logements sociaux, et il ne s’agit pas de “ghettos”… Dans les années 70, Bruxelles construisait jusqu’à 7.000 unités de logements sociaux par an. Dans la dernière décennie, le nombre de ces unités a baissé et pendant sa législature, le gouvernement bruxellois n’a pour objectif que de construire au maximum 3.900 logements sociaux». Les deux collectifs pensent que c’est insuffisant. «Ayons le courage d’aller chercher les financements».

Seconde demande: une grille d’encadrement des loyers. «À Paris, Berlin ou Amsterdam, le prix des loyers est encadré par une grille de critères objectifs. Des propositions sont régulièrement débattues au parlement, la grille existe même déjà mais on n’a pas le courage politique de l’imposer».

 

Sur la problématique du logement à Bruxelles, lisez aussi

+ NOTRE DOSSIER | Tout sur le logement à Bruxelles

+ Habitat groupé locatif à Molenbeek: «Les gens veulent connaître le prénom des enfants qui jouent dans le jardin» (2016)

+ Dans un marché qui stagne «depuis 10 ans», Ixelles prend le pas sur les Woluwe (2016)

+ Le logement public: une loterie? Le quartier Anneessens le croit (2016)

+ Une centaine de logements inoccupés remis sur le marché immobilier en 3 ans (2016)

+ «Obligeons le secteur privé à construire des logements sociaux» (2014)

+ «Question logement, Bruxelles pense trop aux ménages moyens, pas assez aux ménages précaires» (2013)

+ «Un immeuble de bureau pensé pour sa reconversion en logement vaut le double d’un autre» (2013)

+ Encadrer les loyers et construire des logements sociaux? Qu’en pensent les partis? (2014)

+ «Avec mes deux filles dans 55m2 insalubres, je le vis très mal» (2012)

+ VIDEO | «Les logements publics bruxellois visent trop haut» (2012)