SAINT-GEORGES

Accident ferroviaire : plusieurs jours avant de pouvoir utiliser la « boîte noire »

Accident ferroviaire  : plusieurs jours avant de pouvoir utiliser la « boîte noire »

L’automotrice est tellement détruite, que la boîte noire est encore inacessible. Belga

L’enlèvement des wagons impliqués dans l’accident ferroviaire survenu dimanche soir à Saint-Georges-sur-Meuse est en cours et se poursuivra mardi

+ LIRE AUSSI : Un conducteur de train et 2 voyageurs décédés, un jeune de 26 ans grièvement blessé

+ LIRE AUSSI : Une des victimes de l’accident de trains venait de la région liégeoise

Mais l’automotrice est tellement détruite que la boîte noire n’a pas pu encore être extraite. Et qu’il faudra sûrement plusieurs jours avant qu’elle ne révèle ses données.

Par ailleurs, les voies ont également été endommagées. Un rétablissement partiel de l’infrastructure n’est dès lors pas prévu «?avant un jour ou deux?», selon Infrabel. La société confirme dès lors qu’aucun train ne circulera mardi entre Flémalle-Haute et Huy.

Une des hypothèses avancées est que l’accident est survenu dimanche soir à cause d’un franchissement de signalisation inadapté alors que les deux trains se suivaient, le premier à faible allure (10km/h) et le second à vive allure (100km/h) qui l’a rattrapé et l’a percuté violemment.

L’enquête interne à Infrabel, toujours en cours, devrait déterminer si l’erreur est imputable au conducteur, décédé sur le coup, qui aurait «franchi» le feu rouge – une erreur humaine – ou d’une défaillance technique du feu de signalisation et/ou d’une défaillance du système de freinage automatique.