SAINT-GEORGES

David Legros, pompier à Huy : « Deux heures pour désincarcérer un blessé. »

David Legros, pompier à Huy : « Deux heures pour désincarcérer un blessé. »

Sept minutes après l’appel, les pompiers de Huy étaient les premiers sur place, sous le commandement d’Yves Paquot. Eda- Heymans

David Legros, pompier de Huy, était chef de l’équipe de garde dimanche soir. C’est lui qui est parti en première ligne avec son équipe, sous le commandement du capitaine Yves Paquot.

«Nous avons été envoyés en tant que pompiers les plus rapides en attendant les pompiers de Liège, terrritorialement compétents. On est arrivés 7 minutes après l’appel, avec une dizaine d’hommes.»

Et ce qu’il découvre dépasse tout ce qu’il a déjà vu en 25 ans de carrière. «On a dû d’abord progresser à pied car c’était inaccessible. Les deux wagons étaient littéralement entrés l’un dans l’autre. Ce qui m’a le plus marqué, c’est ce silence pesant, pas un cri, pas un appel, bien qu’il y ait une cinquantaine de personnes touchées par l’accident. Des voyageurs se dégageaient des rames. Des blessés gisaient à terre. Comme le courant était coupé, on a travaillé sous les lampes de l’auto-échelle, jusqu’à 2h30 du matin.» Durant trois heures, le pompier hutois et ses collègues se sont démenés dans les carcasses des wagons, pour dégager les voyageurs. «Deux heures ont été nécessaires pour désincarcérer une seule personne, qui ne sentait plus ses jambes et qui était dans un sale état, polytraumatisé. Les conditions étaient difficiles car les wagons pouvaient être instables. En tout, on devait être une cinquantaine de pompiers dans les décombres. On restera marqué à jamais par ce terrible drame.»

+ Plus d’info et le témoignage complet dans l’Avenir Huy-Waremme de ce mardi