FAIT DIVERS

Grave accident de trains à Saint-Georges: 3 morts, 9 blessés et « une scène abominable »

Dramatique collision entre un train de voyageurs avec une quarantaine de personnes à bord et un train de marchandises ce dimanche soir à Saint-Georges. Le bilan provisoire est de 3 morts et 9 blessés.

+ A LIRE AUSSI | Il faudra plusieurs jours avant de pouvoir utiliser la «boîte noire»

+ A LIRE AUSSI | Une des victimes de l’accident de trains venait de la région liégeoise

+ A LIRE AUSSI | «Quand je suis arrivé sur place, les premiers blessés étaient assis au bord de la route» 

+ A Lire AUSSI | En 2008, même lieu, mêmes circonstances

+ A LIRE AUSSI | Un conducteur de train et 2 voyageurs décédés, un jeune de 26 ans grièvement blessé

+ A LIRE AUSSI | David Legros, pompier à Huy : « Deux heures pour désincarcérer un blessé. »

+ A LIRE AUSSI | Les photos aériennes de la catastrophe

Un train de voyageurs a percuté ce dimanche soir un train de marchandises présent sur la même voie sur la dorsale wallonne. Le train de passagers, qui effectuait le trajet Mouscron-Liers, circulait en direction de Liège et est entré en collision avec le train de marchandises (ne contenant pas de substances toxiques) qui était à l’arrêt.

La collision a tué trois personnes. Neuf personnes sont blessées «à des degrés divers», selon le bourgmestre de Saint-Georges-sur-Meuse, Francis Dejon. Quelque 27 autres personnes sont impliquées dans l’accident, «dont certaines sont déjà en passe de rentrer chez elles», expliquait-il peu avant 3h du matin. «Il s’agit d’un bilan provisoire», précise-t-il.

Pas de substance dangereuse

Le train de marchandises ne transportait pas de substances dangereuses, selon Françis Dejon, le bourgmestre de la commune de Saint-Georges-Sur-Meuse. Selon les premières informations, le train de marchandises, qui se trouvait sur la même voie que le train de voyageurs, transportait des produits issus d'une carrière.

Le train était constitué de deux automotrices et six voitures. Une automotrice s’est retrouvée sur le flanc et une voiture a déraillé.

 

L’impact de la colision a été «très violent», selon le bourgmestre Dejon. Tant Infrabel que la SNCB et les autorités locales se gardent bien de s’avancer sur les circonstances qui ont causé l’accident. Luc Lallemand, le patron d’Infrabel (la société gestionnaire du réseau), expliquait durant la nuit que «le parquet est sur place, l’enquête est en cours et elle déterminera les causes».

«La sécurité est un élément essentiel au groupe SNCB», exprime le ministre des Transports François Bellot,, qui s’est rendu sur place durant la nuit. «Mais il s’agit d’activités humaines et technologiques. Nous laisserons le soin aux enquêteurs d’éclaircir les circonstances.»

 

Deux hôpitaux d’urgence sur le site

 

Les faits se sont produits à 23h03. L’accident s’est produit près de l’Abbaye de Flône, située sur le territoire d’Amay, commune voisine de Hermalle-sous-Huy (Engis). Mais la collision a précisément eu lieu sur la commune de Saint-Georges-sur-Meuse. Une certaine confusion a régné dans les premiers instants, parce que la zone se trouve au carrefour des communes d’Engis, Amay et Saint-Georges. C’est la raison pour laquelle la commune d’Amay a pris les choses en main dans un premier temps, avant de céder la gestion à Saint-Georges.

Rapidement, les secours sont arrivés sur place de toute la région, qu’il s’agisse des services de police ou des pompiers, «dont certains sont venus d’assez loin: Huy, Liège, Andenne, Eghezée, etc.», précise le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux.

 

«

C’est impressionnant de voir des wagons complètement meurtris et terriblement éprouvés par la collision .

»

 

«Deux hôpitaux d’urgence ont été installés sur le site. Les blessés ont été emmenés dans les hôpitaux de Huy et, pour les cas plus graves, au CHU de Liège et à la Citadelle», poursuit Jean-Michel Javaux.

Rapidement, les personnes ont pu être prises en charge au sein de l’Abbaye de Flône, tandis qu’un centre de crise se tenait au commissariat d’Amay.

À bord de ce train «se trouvaient beaucoup d’étudiants, qui se rendaient à Liège, le dimanche soir», explique Jean-Michel Javaux. «Des étudiants et peut-être des personnes qui rentraient de week-end», poursuit le ministre des Transports, François Bellot.

 

«Le premier wagon dans un état abominable»

Les personnes ayant vu le site de l’accident décrivent toutes une scène témoignant de la grande violence de l’impact.

«Je ne sais pas s’il y a des morts mais il y a des blessés», nous assurait vers minuit un passager du train, qui évoquait des «scènes de chaos». «Il y a des services de secours partout. Chacun est pris en charge, même ceux qui n’ont pas l’air blessé.»

«Le premier wagon contenant des passagers est dans un état torturé, abominable», constatait le bourgmestre de Saint-Georges Francis Dejon. «Ce wagon est vraiment replié sur lui-même. Je pense que d’une certaine manière, nous avons de la chance qu’il n’y ait pas plus de morts.»

«C’est un terrible accident qui s’est produit sur le territoire de la commune de Saint-Georges. C’est un des événements les plus marquants que j’ai eu l’occasion de vivre depuis que je suis bourgmestre C’est impressionnant de voir des wagons complètement meurtris et terriblement éprouvés par la collision .»

 

 

 

Foudre

Les circonstances sont en cours d’éclaircissement, a indiqué à l’agence Belga peu avant minuit le porte-parole d’Infrabel, Frédéric Sacré. Un travail d’enquête va être entamé pour déterminer les causes de l’accident, a-t-il ajouté plus tard, sans se prononcer sur aucune hypothèse. Il précise néanmoins qu’un incident lié à la foudre a eu lieu sur la ligne dans la journée.

Selon nos informations, des travaux étaient en cours sur ce tronçon, ce qui explique que le trafic était réduit à une seule voie.