TENNIS

Roland-Garros 2016 : David Goffin n’a pas « une boule de cristal »

Éliminé en quarts de finale de Roland-Garros par Dominic Thiem, David Goffin a livré ses premières impressions à la presse.

+ À LIRE AUSSI | Fin du rêve pour Goffin, stoppé en quarts de finale (photos)

On a pu mesurer la déception de David Goffin dans la salle de presse de Roland-Garros, dans la foulée de son élimination en quarts de finale, en quatre sets, face à son copain Dominic Thiem (6-4 6-7 4-6 1-6).

«Ça aurait peut-être changé le cours du match»

Interrogé d’emblée par une consœur sur le tournant qu’a constitué la deuxième manche, dans laquelle il a eu une balle pour mener deux sets à rien – à 6-7 dans le jeu décisif -, Goffin a répondu qu’il était «dur à dire» comment se serait passé la suite de la rencontre s’il avait mené deux sets à rien. «Je n’ai pas une boule de cristal… Ça aurait peut-être changé le cours du match mais il n’a rien lâché, il a joué de mieux en mieux.»

Cette fameuse balle de 5-3 dans le set 2…

Malgré l’occasion manquée de s’envoler à deux sets à rien, le Liégeois n’a pas accusé le coup en début de set 3. Au contraire… Il a réussi le break d’entrée et il l’a confirmé à plusieurs reprises, jusqu’à cette fameuse balle de 5-3 sur son service qu’il n’a pas su remporter. Derrière, Thiem a débreaké, a pris son jeu de service et a breaké Goffin. Renversant complètement la situation. «Après, c’était compliqué, dur physiquement, se retrouver mené 2 sets à 1 comme ça, ce n’est pas facile de revenir.»

Le 13e mondial, qui devrait être 11e mondial lors de la publication du prochain ranking ATP lundi prochain, ne reverra plus Thiem, qui a inscrit neuf jeux de suite pour s’envoler à 5-0 dans le set 4.

«Chapeau à lui, il s’est bien accroché. Il mérite sa place en demi-finales,» a confié Goffin, qui estime néanmoins que «ça s’est joué à rien».

Peut-être à une ou deux balles…

Roland-Garros 2016 : David Goffin n’a pas « une boule de cristal »
Dominic Thiem a gagné le droit d’affronter Djokovic en demi-finales de Roland-Garros. AFP