FOOTBALL

Pourquoi Laurent Ciman doit absolument être dans la liste des 23 pour l’Euro

Pourquoi Laurent Ciman doit absolument être dans la liste des 23 pour l’Euro

- BELGA

Laurent Ciman a rejoint le groupe des Diables cette semaine avec l’étiquette de 24e homme. À lui enlever au plus vite! Car il a de beaux atouts à faire valoir.

Expérience

Le groupe de Marc Wilmots est particulièrement jeune. Outre Ciman, on y retrouve que trois trentenaires (Gillet, Lombaerts, Vermaelen). Le Farciennois de bientôt 31 ans (le 5 août) a du vécu à apporter. Celui engrangé dans les top-clubs belges que sont Bruges et le Standard mais aussi celui de l’équipe nationale. Du haut de ses 44 sélections, il côtoie les Diables rouges depuis 6 ans. Il a bien sûr connu le Brésil mais il a aussi vécu de l’intérieur le tournoi olympique à Pékin en 2008. Ils ne sont que cinq à pouvoir en dire autant.

Dans un noyau orphelin de Van Buyten et Kompany, son expérience peut être précieuse, en défense comme en dehors du terrain.

Bon camarade

Pourquoi Laurent Ciman doit absolument être dans la liste des 23 pour l’Euro
- BELGA
Il est loin le temps où, fâché de son maigre temps de jeu, il avait adressé un geste rageur à l’adresse de l’entraîneur des Espoirs, Jean-François de Sart, après son but contre le Nigeria en demi-finale des JO. «J’ai mûri», nous répondait-il y a deux ans.

Il ne fait plus de vagues. Évidemment qu’il préférerait jouer chaque match mais il «respecte les choix du coach», comme il se plaît à répéter. Non pas qu’il abdique (ce serait mal connaître son tempérament de gagneur) mais il évite de créer des tensions et maintient soudé un groupe dans lequel il est apprécié. Même si Wilmots a l’art de jouer avec ses pieds, comme quand il laisse entendre qu’il va débuter en Suisse samedi avant d’annoncer qu’il est en balance avec Witsel...

Une énorme volonté

«Je suis prêt à traverser l’océan en vélo s’il le faut». La petite métaphore qu’il nous avait glissée dans la foulée de sa non-sélection en dit long sur son envie de représenter le pays. « Mon écusson, ma fierté », a-t-il répété jeudi en conférence de presse. S’il y a un joueur qui ne rechignera jamais à venir en équipe nationale, c’est bien lui.

Polyvalence

Il évolue uniquement comme défenseur central depuis plusieurs saisons. Mais il présente aussi une solution au back droit, où il est pressenti pour jouer face aux Helvètes. Il n’a jamais déçu quand il a dû évoluer à ce poste.

Au top de sa forme

Dans un secteur où les bobos ne manquent pas (Lombaerts, Boyata, Meunier) et sans oublier la fragilité de Vermaelen, lui est à 100%. Il ne manque pas une minute de ses matches avec l’Impact et, contrairement aux autres, sa saison a seulement débuté en mars. Pas de raison de tirer la langue donc.