SCHAERBEEK

Voilà à quoi ressemblera le «Mediapark» de Reyers en 2030

Le nouveau «quartier des médias» prévu à Reyers sera finalisé en 2030. Un parc viendra entourer les sièges de la RTBF et de la VRT. Tout l’équipement des villes actuelles y sera implanté.

L’aménagement du «Mediapark», ce site de 20 hectares qui abritera les nouveaux sièges de la RTBF et de la VRT boulevard Reyers à Schaerbeek sera totalement finalisé à l’horizon 2030, a annoncé mardi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort en marge du salon Realty qui se déroule jusqu’à jeudi sur le site de Tour et Taxis à Bruxelles. Les nouveaux bâtiments des deux médias publics seront par contre opérationnels bien plus tôt, dès 2021-2022.

Ce site deviendra un «espace urbain, remodelé et qualitatif», selon le ministre-président, qui a détaillé le master plan conçu par l’architecte et urbaniste français François Leclercq.

8 hectares

Le terrain qui abrite actuellement la RTBF et la VRT à Schaerbeek sera entièrement remodelé ces quinze prochaines années. La célèbre tour de 89 mètres de haut sera maintenue. Au départ de ce point remarquable, un nouveau parc de 8 hectares permettra de traverser le site et de rejoindre l’avenue Jacques Georgin.

Au milieu du site, une «place des médias» accueillera, côté chaussée de Louvain, le nouveau siège de la VRT (55.000 mètres carrés - 145 millions d’euros) et, côté rue colonel Bourg, celui de la RTBF (38.000 mètres carrés - 109 millions d’euros). L’actuel bâtiment datant des années 70 sera démoli.

Voilà à quoi ressemblera le «Mediapark» de Reyers en 2030
La tour de 89 mètres sera maintenue. Au départ de ce point remarquable, un nouveau parc de 8 hectares traversera le site. Agence F. Leclercq

Hautes écoles, crèche et commerce

Le quartier accueillera par ailleurs des hautes-écoles, l’IHECS notamment a manifesté son intérêt, selon le président du conseil d’administration de la RTBF et administrateur général de l’école supérieure Jean-François Raskin. On attend également sur le site un cinéma, des lieux culturels, une crèche, une école, des commerces et 2.000 à 3.000 logements. À côté du site, la réflexion est également lancée sur la transformation de l’arrivée de la E40 Liège-Bruxelles en boulevard urbain.

Les premières demandes de permis d’urbanisme sont attendues dans le courant de l’année 2017.