BASKET

Divorce entre le coach Thibaut Petit et Verviers-Pepinster: vers la fin des Wolves?

Divorce entre le coach Thibaut Petit et Verviers-Pepinster: vers la fin des Wolves?

Thibaut Petit devrait signer à Liège. Ce qui risque d’être un coup fatal pour Pepinster et les Wolves. BELGA

C’était dans l’air: le coach Thibaut Petit devrait quitter Pepinster pour les voisins de Liège. Les Wolves doivent donc se chercher un nouvel entraineur. S’ils survivent.

Un communiqué officiel du club devrait suivre dans les prochaines heures, mais il est acquit que Thibaut Petit ne dirigera plus les Wolves lors de la prochaine saison. La décision a été prise dans les dernières heures. Mercredi au Brussels et samedi face à Mons, il coachera pour les deux dernières fois le club pepin.

Il est évident que la décision de la poursuite des activités de l’équipe pro dans la Scooore League ne pouvant tomber au pire qu’à la fin du mois, l’avenir du jeune coach pro ne pouvait attendre ce délai beaucoup trop long.

Le président Beaujean a donc accepté, de commun accord et en bonne compréhension, de libérer l’option d’une deuxième année de contrat avec le coach Petit.

Cette décision va lui permettre d’étudier les propositions qui s’offrent ou qui s’offriront à lui dans les prochaines heures.

Direction Liège!

Contrairement à ce qui est annoncé, Thibaut Petit n’a pas signé à Liège: «Je respecte ma parole. Maintenant que je suis libre, je vais pouvoir étudier les différentes propositions. Certes, je sais que Liège est intéressé. Mais, il y a aussi le club français d’Arras qui voudrait bien que je revienne relancer l’équipe féminine tombée en D2, avec laquelle j’avais gagné la Coupe de France. Il y a aussi la Suisse qui (re)frappe à ma porte. Mais, il est certain que je vais rapidement me positionner».

Il ne faut pas être naïf ou un grand devin pour comprendre que sa prochaine destination sera le club de Liège. Il y amènerait son assistant Chris Mayes mais aussi Dominic Rossi.

Le fin des Wolves?

Avec ce départ, le club verviétois perd son «commandant de bord»... Son équipe pour la saison prochaine était déjà couchée sur papier en fonction d’un budget pas beaucoup plus gourmand. Mais il fallait se positionner. «L’armateur», le président Beaujean n’avait toujours pas les garanties de la poursuite des activités et c’est contraint et forcé qu’il a dû libérer son coach. Trouver quelqu’un qui acceptera de travailler dans ces conditions sera de plus en plus difficile de jour en jour!

Le sauvetage de l’équipe de D3 est une bonne chose, car elle permettra de conserver une activité dans la cité pepine, voire être un des partenaires au projet que Giovanni Bozzi tente de mettre en place en Province de Liège.