TRAIL

La Bouillonnante réinvente sans cesse le trail

Le premier trail de Belgique, La Bouillonnante, a été l’occasion de tester du jamais vu en Belgique: des départs en vagues ou libres ainsi que du suivi en live des principaux leaders.

Le classement du 29 kmLe classement du 70 kmLe finishers du 13 km, par ordre alphabétique

C’est à La Bouillonnante que le trail longue distance a trouvé ses marques en Belgique. Et c’est aussi à la Bouillonnante que l’on réinvente sans cesse le trail.

L’an dernier, pour les 10 ans, un 100 km figurait eu programme. Un boulot de titan pour les organisateurs qui avaient juré qu’on ne les y reprendrait plus.

Pour cette onzième édition, qui s’est tenue ce samedi 23 avril, trois épreuves figuraient au programme: un 72 km, un 29 km et un 13 km.

Le 72 km: plus beau mais trop long

Afin d’offrir aux costauds, amoureux des (très) longues distances une boucle pour les faire baver en les trimballant dans tous les méandres de la Semois en se payant les plus gros dénivelés du coin, le 72 km et 3 200 mètres de D + devait faire l’affaire…

« Très franchement, 72, c’est long, trop long même» nous racontait Éric Brossard, qui termine 3e de l’épreuve. D’autant que le départ s’est donné sous la drache et que la pluie a accompagné les traileurs durant les 4 premières heures de course. Ça vous gâche une journée. Si tous les coureurs reconnaissent que le parcours était splendide et qu’il n’y avait rien à jeter, 20 km de moins auraient été parfait pour la grande majorité des coureurs.

« Le message est bien passé nous raconte Patrick Van Gasse, organisateur de l’épreuve. Une Bouillonnante, pour beaucoup, c’est 52 kilomètres. L’an prochain, nous reviendrons à cette distance plus raisonnable, plus abordable aussi. Bien que réunir 500 coureurs sur un 70 kilomètres en Belgique reste complètement exceptionnel. »

Par contre, sur ce 72 km, le chronométeurChronoRace a testé, pour la première fois en trail, le suivi en live avec des puces GPS du top 10 des athlète. Très, très sympa à suivre. sur son smartphone Une première réussie qui inscrit la Bouillonnante dans notre temps comme on dit.

En vagues, c’est mieux

Cette année, la distance phare de la Bouillonnante était le 29 km. Afin d’éviter les embouteillages sur les parcours et dans la cour du château pour le départ, le départ s’est tenu sur deux vagues, une de 500 coureurs à 9h15, l’autre à 10h30.

Résultat: un départ bien plus relax et aucun bouchon dans les côtes.

«Nous avons essayé de regrouper les coureurs selon leur niveau en tenant compte des classements betrail. Mais cela n’est pas très utile et cela génère parfois des frustations pour ceux et celles qui souhaitaient courir ensemble.»

Les vagues, une bonne idée qui sera reconduite. « Nous devons encore debriefer. Mais je pense qu’on pourrait laisser à chaque coureur le soin de choisir sa vague de départ. Cela permettrait à ceux qui viennent de plus loin de commencer leur course plus tard. »

Le 16 km libre, l’excellente idée

Mais la bonne idée de cette Bouillonnante 2016 est d’avoir organisé un 16 km libre, chaque coureur pouvant prendre le départ quand il le souhaitait, entre 10h et 11h. Et sans classement à la clé mais une publication des résultats par ordre alphabétique.

«Cela permet à chacun d’avoir un chronométrage sans la pression. Résultat: une course très conviviale dans un tout autre état d’esprit. On évite ainsi ceux qui viennent uniquement pour les chronos pour conserver cette ambiance qui fait tout le charme du trail» conclut Patrick Van Gasse.

Une douzième édition en 2017 qui se prépare dès à présent et qui devrait donc revenir vers des formats plus classiques pour La Bouillonnante: un 52 km, un 29 km et un 16 km.