Sobriété et belles matières

ÉdA

Véronique Billiet a contracté le virus du stylisme dès sa tendre enfance. Dans son atelier, qui fait également office de maison (ou l’inverse), elle réalise des robes de mariée et de cocktail. Des créations uniques, tendances, belles et belges.

Sa robe de mariée, Véronique Billiet (32 ans) l’a entièrement réalisée de ses mains. Quoi de plus normal pour cette jeune styliste perwézienne, qui, très tôt, voulait déjà manier les ciseaux et les beaux tissus. «J’ai quand même hésité en sortant des humanités, nous confie-t-elle. Je me suis d’abord lancée dans des études en architecture d’intérieur à Sint-Lukas à Bruxelles, des études assez ouvertes avec déjà quelques notions de stylisme. J’ai ensuite complété ma formation à la haute école Francisco Ferrer en stylisme et modélisme. J’en suis sortie en 2007, l’année de mon mariage.»

Après un passage en couveuse d’entreprise, elle lance son affaire il y a trois ans, sous le statut d’artiste. Son mot d’ordre: la sobriété. «J’essaie de suivre la tendance en dessinant des robes très fluides et architecturales, avec une touche romantique. Surtout, je n’utilise que des belles matières comme la soie, le satin ou la dentelle.» Pour une création originale, il faut compter entre 1 700 et 2 000 euros. «Cela reste accessible et, à ce prix-là, vous aurez une création haut de gamme et made in Belgium Pour l’avenir, Véronique aimerait enfin travailler dans son propre atelier. «Partir à l’étranger? J’y ai déjà pensé, mais cela ne me conviendrait pas. De plus, j’ai mon mari et mes deux enfants ici. Tout ce que je souhaite, c’est de continuer à faire mes créations l’esprit zen et de multiplier les ventes.»

www.veroniquebilliet.be