PANAMA PAPERS

Les États de l’UE vont échanger des infos sur les propriétaires réels des sociétés écrans

Les États de l’UE vont échanger des infos sur les propriétaires réels des sociétés écrans

Illustration: Le bureau Mossack Fonseca est au cœur du scandale AFP

Les vingt-huit États membres de l’Union européenne ont accepté, vendredi lors d’un Conseil «ecofin» informel, de participer à un projet pilote d’échange automatique d’informations sur les propriétaires réels et légaux de sociétés écrans, une des clés de voûte des schémas d’évasion fiscale.

Cinq pays de l’UE (Allemagne, Espagne, France, Italie et Grande-Bretagne) avaient lancé cette initiative la semaine dernière, en réponse aux révélations des Panama Papers.

«L’Europe doit être à la pointe de la lutte contre l’évasion fiscale», a souligné le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, qui présidait cette première session de travail du Conseil ecofin, organisé à Amsterdam.

La Commission s’impliquera pour aider les uns et les autres à mettre cet accord en œuvre, a ajouté le commissaire en charge de l’euro, Valdis Dombrovskis.

Les ministres européens des Finances ont par ailleurs appelé toutes les juridictions fiscales, y compris celle du Panama, à adopter le projet BEPS de l’OCDE, qui vise à lutter contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices.

Nos dernières videos