CYCLISME

Liège-Bastogne-Liège: du suspense jusqu’au bout, la preuve!

Liège-Bastogne-Liège: du suspense jusqu’au bout, la preuve!

Valverde avait réglé ses compagnons d’échappée au sprint l’an dernier, comme Gerrans l’année d’avant. Belga/EdA

253 kilomètres, près de 7 heures de course mais la décision qui tombe souvent dans l’ultime kilomètre... La preuve avec les cinq dernières éditions.

Bernard Hinault s’imposant seul, avec 9 minutes d’avance, après une échappée au long cours sur des routes enneigées. C’était en 1980. Le genre d’exploit et de panache qu’on voit de moins en moins.

Les victoires en solitaire sur Liège-Bastogne-Liège ne sont pas légion. Dernière en date: celle de Maxim Iglinskiy en 2012. Le Kazakh avait rattrapé et déposé Vincenzo Nibali sous la flamme rouge.

En se penchant sur les cinq dernières éditions de la Doyenne des classiques, on constate qu’il s’agit de l’attaque décisive la plus lointaine de l’arrivée. À chaque fois donc, depuis 2011, tout s’est joué dans la côte d’Ans (rue Walthère Jamar) ou dans les 300 derniers mètres de la rue Jean Jaurès à Ans.

Une donne qui sera peut-être modifiée cette année avec l’ajout d’une côte, celle de la rue Naniot, juste avant la côte d’Ans.

Passez votre souris sur l’image ci-dessous pour revivre les 5 dernières arrivées

 

 

Nos dernières videos