HUY

Le plan d’évacuation de la centrale nucléaire de Tihange est insuffisant selon Écolo

Le plan d’évacuation de la centrale nucléaire de Tihange est insuffisant selon Écolo

Huy a réactualisé son plan d’urgence, mais cela reste insuffisant pour les écologistes. EdA - Jacques Duchateau

Réchauffement de la température de l’eau, plan d’urgence pas assez étendu, risque pour la santé des riverains... Pour Écolo, il faut fermer la centrale nucléaire au plus vite.

À quelques jours des trente ans de l’accident nucléaire de Tchernobyl, Écolo a tenu une conférence de presse au pied de la centrale de Tihange. Les Verts ont répété qu’il était grand temps de sortir du nucléaire en soulignant les conséquences néfastes pour la santé des riverains. «En Belgique, des études sont en cours, mais il n’y a pas encore assez de recul, commente la députée fédérale Muriel Gerkens. L’Allemagne a par contre 24 années de recul. Le constat est clair, il y a un impact sur la population, même sans accident. On constate une hausse du nombre de cas de leucémie et des dysfonctionnements de la thyroïde. Les enfants sont particulièrement touchés.» Autre inquiétude pour les écologistes, l’inefficacité des plans d’urgence et d’évacuation.

Les secouristes désertent

Huy fait figure de bonne élève en matière de plan d’urgence. Même le conseiller communal Rodrigue Demeuse le reconnaît. «Le plan communal a été actualisé en juin 2015. Il est plus précis et plus détaillé qu’auparavant.» Sauf que ce plan ne concerne que Huy et qu’en cas de catastrophe, Écolo estime qu’il faudrait évacuer dans un rayon de trente kilomètres. «Cela veut dire que Namur et Liège seraient concernées. On parle d’une évacuation de 840 000 personnes.» L’expérience plus récente de Fukushima a également permis de tirer des leçons. «On a constaté que la police et les médecins avaient déserté le site pour ne pas être contaminés.» Ce n’est donc pas au niveau local qu’il faut s’organiser, mais bien à l’échelon national. Le ministre de l’intérieur, Jan Jambon a promis un nouveau plan pour juin. «À ce jour, il n’y a pas encore eu de contact, ni de consultation des communes et provinces.»Le parti d’opposition pointe aussi les conséquences du réchauffement climatique. Un réchauffement qui entraîne une hausse de la température de la Meuse. Avec à terme, un risque pour le refroidissement des réacteurs.

Du côté d’Electrabel, on réfute les accusations des écologistes s et on dénonce cette volonté de vouloir faire peur.

Tous les détails à lire dans L’Avenir Huy-Waremme de demain samedi, sur tablette, smartphone ou PC


Nos dernières videos