Le prototype de Nose fonctionne mais est encore en phase de test. «Nous avons testé sur 4 000 hommes de différentes races, dans des pays différents afin de paramétrer au plus juste l’application », explique Geoffrey Hantson.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 22 des 102 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?
Nos dernières videos