WODECQ

Des cailloux dans le Jardin du Paradis

Inspiré, entre autres, du « Palais idéal», le jardin fantasmagorique de Watkyne ne s’ouvre qu’à de rares occasions. Profitons-en ce week-end.

Ce qui apparaît fantastique dans le «Jardin des Pierres», ce sanctuaire où s’éparpillent au milieu de la végétation des œuvres monumentales et d’autres plus modestes de Jacques Vandewattyne, c’est qu’on y découvre à chaque fois de petites choses qui nous avaient échappé: le détail d’une sculpture, le reflet d’un morceau de verre coloré, une création qui évolue avec le temps…

Devant Cheval, un… poulain

La dernière ouverture de ce lieu, «plus brousse que jardin » disait Watkyne, remonte aux Journées du Patrimoine 2013, quelques jours avant le décès de Solange, l’épouse de l’artiste. Pour les visites du prochain week-end, les feuilles explicatives – d’après les propres notes de l’auteur – punaisées près des principales créations feront place à de vrais panneaux didactiques.

Il y a juste vingt ans, Wakyne invitait ses amis à venir faire la fête dans son Jardin et de déguster la Piquette, clos du Paradis produite par sa vigne, à l’occasion de l’inauguration de la sculpture habitacle Dolorès (« une femme qui enfante dans la douleur») recouverte de morceaux de vaisselle à la manière cette fois de l’artiste français Picassiette. Dolorès permet de revivre les premiers instants de sa naissance: On en sort ainsi par la «voie normale», affublé d’un bonnet blanc et d’une sucette…

Jacques Vandewattyne disait ne pas avoir eu la prétention de relever le défi complètement fou du Facteur Cheval, dont il avait visité trois fois le Palais Idéal à Hauterives (Drôme): « Devant sa lourde brouette en bois, j’ai seulement juré de devenir un poulain ».. Mais depuis son jeune âge, l’Ellezellois a été un collectionneur de cailloux («Pendant mon service militaire, je partais à la recherche de fossiles et non de l’ennemi. Je revenais les valises pleines …») A ses connaissances voyageant à l’étranger, il demande de lui ramener une belle pierre… qu’il intégrera alors dans ses sculptures en béton: « Cela donne un sens profond à ces réalisations telluriquement cosmopolite.»

Le gîte sera ouvert samedi

Dans cet extraordinaire jardin, on trouve, outre l’atelier aux murs décorés de fresques de diables et de sorcières, des sculptures habitables (Justin et Justine, construites la nuit avec du mortier provenant de chantiers de constructions voisins), des statues, des mobiles, un monument à l’humanité (NDLR: mais ou est passée la boîte de Coca qui coiffait son sommet?), un mausolée (où il avait brûlé, de son vivant, de ses cheveux, des poils de sa barbe et des rognures d’ongles), la «Descente aux enfers», le Robertus Neanderthalis, des toilettes originales (doubles) aux clenches assez osées, un Fiertel de fantaisie…

Depuis le décès de Jacques en 1999, son jardin ne s’est ouvert aux visiteurs que pour quelques événements exceptionnels. C’est un moment unique qu’il ne faut pas manquer ces samedi et dimanche de 14 à 18 h. Le samedi, le public pourra aussi découvrir le gîte voisin, Un petit coin de paradis, la maison du peintre et sculpteur aménagée en un gîte « conservant l’âme et l’esprit de Watkyne ».

 

Voir, apprendre, jouer, déguster, rêver

Des artistes, des passionnés, des restaurateurs, des inventeurs, des historiens amateurs, un caviste, des naturalistes, des artisans (ferronnier d’art, sabotier, potier, etc.)… participent à cette nouvelle édition du «Week-ends Bienvenue» à Ellezelles, Wodecq et Lahamaide.

On pourrait aussi visiter des jardins, un élevage de moutons; des sites (Le Moulin du Cat Sauvage, Les Jardins de la Grange, La Brasserie ellezelloise…), des gîtes et des musées (celui de l’Archerie à Wodecq et «Du fil à l’ouvrage» à Ellezelles); tester la Rivière bleue du dragon et Les Échos du temps; se balader à vélo, en gyropode, sur un hoverboard… ou à pied le long du Sentier de l’Étrange ou au Grand Monchaut; entrer dans des ateliers; découvrir des collections (comme celle de lutins, gnomes et totmes de Dany Rasson), des bijoux, des boîtes à lumière, etc.; s’émerveiller de l’histoire de Joseph Leleux; approcher la naturopathie, ll’herboristerie, la réflexologie, l’apiculture; réfléchir sur le paysage rural; s’initier à la généalogie…

 

Programme complet sur www.walloniebienvenue.be