POLITIQUE

« Musulmans danseurs » : des méthodes d’extrême droite selon Maingain

« Musulmans danseurs » : des méthodes d’extrême droite selon Maingain

Olivier Maingain BELGA

«La généralisation de la mise en cause d’une population, c’est typique des méthodes d’extrême droite», pointe le président de DéFI

Les affirmations du ministre de l’Intérieur Jan Jambon selon lesquelles une partie significative des musulmans a dansé après les attentats du 22 mars ressortent de méthodes d’extrême droite et sont irresponsables, estime mercredi le président de DéFI Olivier Maingain dans Le Soir et sur La Première.

«La N-VA croit peut-être pouvoir garder ainsi son électorat qui file vers le Belang, mais elle ne fait que renforcer ce parti: sur ce thème-là, le Belang est plus fort.» Le fait que ce discours soit tenu par le ministre de l’Intérieur – et vice-Premier ministre N-VA – «pose un problème de crédibilité de tout le gouvernement».

Pour Olivier Maingain, «le MR est totalement l’otage de la N-VA». «J’en connais un certain nombre au MR pour lesquels c’est la nausée. Mais non, ce sera sans suites, ou alors il y aura un sursaut de dignité du côté du CD&V et du VLD, les partenaires flamands de la N-VA. Eux seuls pourront dire stop à un moment.»

Revenant sur la démission de Jacqueline Galant du poste de ministre de la Mobilité, «aboutissement de son incompétence et de ses mensonges répétés», Olivier Maingain a qualifié l’ex-ministre de «Cahuzac du gouvernement belge». «Le cas de Cahuzac est plus grave en terme de malhonnêteté, mais venir mentir, ou laisser mentir le Premier ministre devant les députés en sachant qu’on a les documents à son cabinet et que l’on a les informations qui permettent d’agir et qu’on s’est abstenu d’agir, ce n’est pas acceptable», assène Olivier Maingain, qui souligne qu’il appartiendra à la commission d’enquête de faire toute la lumière dans le dossier de la sécurité de l’aéroport, et notamment sur le rôle du ministre de l’Intérieur «qui s’est beaucoup tu dans ce dossier».