EN IMAGES

Stromae, pilier du Ring de Bruxelles

On savait Stromae pilier de la scène musicale. On en est sûr maintenant: le Bruxellois est parti pour une carrière en béton: sa tronche s’affiche depuis ce week-end sur un support de l’autoroute à Anderlecht. Le spot, bien connu des street-artist, a été repeint par 16 noms du graffiti.

Stromae, pilier bruxellois? C’est l’avis du street-artist Steve Locatelli. L’homme, grand nom du graffiti belge et international, s’est en effet offert un portrait de 9m du chanteur superstar pour recouvrir le béton d’un pilier du Ring, à Anderlecht.

Stromae, pilier du Ring de Bruxelles
Un Stromae dû à Steve Locatelli. Twitter
L’œuvre de Locatteli (voir son interview par nos confrères de BX1 dans la vidéo ci-dessous) s’inscrit dans l’initiative de l’ASBL Urbana, qui bosse pour promouvoir le street-art à Bruxelles. Urbana organisait ces 16 et 17 avril le relooking du site de Neerpede, que le milieu surnomme «le Hall of Fame». De nombreux graffeurs belges renommés y ont fait leurs débuts, entre boucan des voitures et décharges clandestines. L’événement «Les Géants de Bruxelles» s’y tenait dans le cadre du parcours d’artistes d’Anderlecht.

Sur le street-art à Bruxelles

+ EN IMAGES | Le MIMA, musée 2.0

+ LIRE AUSSI | Bonom, du XL au XS

+ EN IMAGES | Un ciel coloré sur les eaux grises du canal

+ EN IMAGES | Le street-art entre au musée

Épater la galerie

Pour épater la galerie avenue Marius Renard, au terminus du tram 81, des figures de la discipline comme Hell’o, Solo Cink, la Farm Prod, Blancbec, Eyes-B, Nean, Defo Dalbino, Eres, Reset, Reab, El nino 76, Demos, Aien & Ebola ou Derm ont dégainé les bombes. 16 piliers, de 6 à 10m de haut, ont reçu leurs bons offices. Et le résultat claque.

Outre le Stromae géant, on y croise un moustique taille XXL, un lézard bien trop humain, une baleine domestiquée, un homme coincé dans son smartphone, des extraterrestres, de gentilles espèces inconnues, un ourson robotique ou un inquiétant géant, rictus dehors.

Le souhait d’Urbana? Garantir la reconnaissance des piliers de Neerpede en tant que lieu historique de la scène artistique urbaine en Belgique. «Cette initiative permet de redynamiser cet endroit, où on vient peindre depuis 20 ou 30 ans», explique Adrien Lobet, organisateur pour Urbana. «Du côté du tram, ce n’est pas autorisé. Du coup, cette partie était remplie de simples signatures et était assez délabrée.»

Désormais, vous pourrez y croiser le regard de Stromae par la vitre du 81.