Cellule de sécurité locale: Bruxelles a pris ses responsabilités (Yvan Mayeur)

La Ville de Bruxelles dispose bien d'une Cellule de sécurité intégrée locale (CSIL) et a même été récemment invitée par le ministère de l'Intérieur "à présenter le fonctionnement de sa CSIL aux autres villes belges à titre de bonne pratique dans le cadre de la coordination fédérale des politiques de prévention de la radicalisation", a indiqué mercredi soir le cabinet du bourgmestre Yvan Mayeur.

La ministre flamande Liesbeth Homans, chargée de coordonner l'approche du radicalisme au nord du pays, déplorait mercredi que les communes bruxelloises n'aient pas mis sur pied de Cellules de sécurité intégrée locales, comme recommandé par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Les communes de Bruxelles "ne prennent pas leurs responsabilités", avait-elle souligné.

"La Ville de Bruxelles prend bien ses responsabilités en la matière", a-t-on répliqué en soirée au cabinet du bourgmestre.

Après l'attentat du Musée Juif de Bruxelles le 24 mai 2014, Yvan Mayeur a mis en place une plateforme interservices pour coordonner les mesures de lutte contre la radicalisation sur le plan préventif, administratif et judiciaire. Suite à la publication de la circulaire FTF (Foreign Terrorist Fighters) en août 2015, cette plateforme regroupant notamment la police, le service Jeunesse, l'Ocam et la Sûreté, s'est muée en Cellule de sécurité intégrée locale, détaille le cabinet.

Ce dernier souligne que Bruxelles bénéficie d'ailleurs d'un subside de l'Intérieur, de 75.000 euros pour 2016, octroyé dans la foulée de la création d'une CSIL.


Nos dernières videos