SENEFFE

Seneffe, 6e commune favorable à la création d’une circonscription électorale du Centre

Seneffe, 6e commune favorable à la création d’une circonscription électorale du Centre

Après Manage, Morlanwelz, Le Rœulx, Ecaussines et Binche, c’est au tour de la commune de Seneffe de voter en faveur de la création d’une circonscription électorale propre à la région du Centre. Reporters (Illustration)

La commune de Seneffe a voté ce mercredi soir en faveur de la création d’une circonscription électorale propre à la région du Centre et a exprimé sa volonté d’en faire partie.

Avec ce vote, Seneffe est la sixième commune à prendre la même décision après que les responsables de la Communauté urbaine du Centre ont demandé fin février à une série de communes pressenties pour faire partie de cette nouvelle circonscription de se prononcer sur le sujet. Les autres communes favorables sont Manage, Morlanwelz, Le Rœulx, Ecaussines et Binche.

Le débat sur la création d’une nouvelle circonscription électorale reprenant les communes de la région du Centre a été ranimé à la mi-février après la double décision de la Cour constitutionnelle puis du Conseil d’État de reconnaitre comme inconstitutionnelles les circonscriptions électorales wallonnes qui envoient moins de quatre élus au parlement wallon.

Dans la province de Hainaut, la circonscription de Thuin, qui envoie trois élus, est visée. Les territoires communaux qui la composent aujourd’hui pourraient être accolés à d’autres circonscriptions ou donner lieu à la création d’une nouvelle circonscription.

Les responsables de la Communauté urbaine du Centre défendent le projet d’une nouvelle circonscription qui à leurs yeux aurait l’avantage d’offrir une reconnaissance politique à leur territoire aujourd’hui réparti sur trois circonscriptions, celles de Thuin, de Soignies et de Charleroi.

La commune de Chapelle-lez-Herlaimont a marqué en revanche sa volonté de continuer à faire partie de la circonscription électorale de Charleroi. D’ici à la fin avril, une série de communes sont encore appelées à se prononcer.