Green Elephant: pistes juridiques analysées par la SOGEPA et la Région wallonne

Une réunion entre la Région wallonne, la SOGEPA et les syndicats s'est déroulée mercredi après-midi afin d'évaluer le dossier de reprise de l'aciérie électrique de Seraing ainsi que les pistes à dégager pour sortir de la crise. Alain Mathot, le bourgmestre de Seraing, assistait également à cette réunion.

Les différents intervenants ont clairement avancé la possibilité d'exploiter les pistes juridiques. D'une part, celle d'une faillite prononcée par le tribunal de commerce de Liège sur base du non-paiement des salaires et d'autre part, celle de la faillite frauduleuse avec constitution partie civile en main d'un juge d'instruction, a-t-on appris à bonne source.

Les responsables de Green Elephant et de GMH, propriétaire jusqu'en décembre 2014 moment où REM, devenu entre-temps Green Elephant, s'est fait connaître pour reprendre l'entreprise, seront d'ailleurs bientôt invités par la Région wallonne pour identifier les responsabilités des uns et des autres concernant la reprise d'activité qui tarde à se concrétiser et qui débouche aujourd'hui sur une véritable crise due à l'absence de liquidités dans le chef des actuels repreneurs.

Les syndicats vont s'atteler à trouver une solution transitoire avec l'ONEM pour faire face aux salaires de mars toujours impayés. Quant au repreneur, il pourrait, pour le même problème, être assigné devant le tribunal du commerce qui pourrait prononcer la faillite et désigner un curateur. Cette procédure permettrait aux travailleurs licenciés d'obtenir des indemnités de chômage.

De nouvelles réunions sont programmées jeudi afin d'étudier juridiquement ces différentes pistes.


Nos dernières videos