POLITIQUE

Contrôle aérien: Di Antonio envisage un recours aux opérateurs de pays voisins

Contrôle aérien: Di Antonio envisage un recours aux opérateurs de pays voisins

Pour le ministre Carlo Di Antonio, il s’agit d’une grève «scandaleuse». Belga

Le contrôle aérien opéré par Belgocontrol dans les aéroports wallons pourrait être repris par des opérateurs de pays voisins en cas de grève, a affirmé ce mercredi le ministre wallon Carlo Di Antonio, en plénière du parlement wallon.

+ A LIRE AUSSI | Belgocontrol : retour à la normale jusque 22 heures au moins

+ A LIRE AUSSI | « L’interdiction de grève pour les contrôleurs aériens est défendable »

De lourdes perturbations sont enregistrées depuis mardi après-midi dans le ciel belge à la suite d’un mouvement d’humeur d’une partie du personnel de Belgocontrol, l’entreprise publique chargée du contrôle du trafic aérien, qui proteste contre les termes d’un accord visant à mettre fin à un conflit social entamé à la mi-février.

A l’aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud (Gosselies), une dizaine de vols ont été annulés.

Interrogé par le chef de groupe cdH Dimitri Fourny, M. Di Antonio (cdH) a qualifié cette grève sauvage de «scandaleuse». Il a rappelé que des contacts avaient été pris il y a quelques mois, à la suite d’une panne électrique de Belgocontrol, pour que des opérateurs de contrôle aérien de pays voisins assurent cette tâche dans ce cas de figure.

«Si c’est possible en cas de panne technique, c’est aussi possible en cas de grève», a commenté le ministre, qui dit envisager de négocier un protocole en ce sens.


Nos dernières videos